Bayonne, Biarritz (1)

Jeudi soir, y’a rugby. Sans Couderc (il ne me manque pas vraiment). Léo Ferré* aurait plus de mal à s’en accommoder. Donc jeudi, y ‘a rugby. Le jeudi : un sacré coquin, celui-là. En 1972, la journée libérée des enfants est passée du jeudi au mercredi. Conséquence d’un arrêté du ministre de l’éducation, Olivier Guichard-non, pas celui qui chante « mon vieux » !-qui a supprimé les … Continuer de lire Bayonne, Biarritz (1)

Une semaine en Novembre

Une semaine de veille du onze novembre. D’itinérance. Si j’avais une semaine, à perdre haleine, j’aurais évité les Ardennes. Ou plutôt, oui, mais cap sur Charleville Mézières. Et pas ailleurs. Sûrement pas. Charleville. Point. De la poésie aux armes. Du port Ardennais jusque vers Marseille,  Chypre, l’Afrique, ailleurs…Plusieurs ailleurs, d’ailleurs . « Des armes et des mots c´est pareil Ça tue pareil II faut tuer l´intelligence … Continuer de lire Une semaine en Novembre

Aznazemmour

« […] Parce que le prénom arménien choisi par sa mère était trop compliqué, l’infirmière de la maternité l’avait changé en Charles. « J’aimerais la rencontrer pour la remercier », disait-il. Il avait même coupé son nom d’origine Aznavourian. Le grand footballeur français des années 1950 avait fait de même, écourtant son patronyme polonais Kopaszewski en Kopa. L’assimilation avait des règles qu’aucun immigré ne refusait au nom d’une … Continuer de lire Aznazemmour

Conte ordinaire des Basses Pyrénées (2): le dimanche 24 décembre

Des commerces ouverts, à l’intérieur, comme sur la côte. Des commerces ouverts jusqu’au soir. Pour recueillir les fonds de bourses. Les derniers achats, cordons déliés. L’excitation de la dernière heure, pour ceux qui ont l’habitude de faire beaucoup en peu de temps, ou bien le prix de l’indolence pour ceux qui remettent au dimanche, ce qui aurait pu être fait avant. Les surfeurs sont à … Continuer de lire Conte ordinaire des Basses Pyrénées (2): le dimanche 24 décembre

Glane, grappille, maraude

Glaner. Un droit depuis le Moyen-Age. De ramasser ce qui est tombé. Grappiller concerne ce qui reste sur les arbres et les ceps aprés la cueillette. Marauder pourrait consister en un délit de dérober des fruits et légumes. La condition humaine, sous conditions. Ici et là, des êtres disparaissent pour partie, dans des containers. Penchés vers l’avant, le couvercle soulevé recouvrant la ligne qui va … Continuer de lire Glane, grappille, maraude

Avec Fillon la surprise n’est pas de mise

La surprise, l’invitée-surprise aurait du, à tout le moins provoquer l’étonnement de Fillon. Il n’en fut rien. Première hypothèse; la part de la télé, conviant une « invitée-surprise » dont elle aurait divulgué le nom, avant… « On m’appelle la télé, la montreuse électrique Et j’suis comme une morphine qu’endort la république… » chantait Léo Ferré, dans l’autre siècle, déjà ! Deuxième hypothèse, l’entourage de Fillon, inspiré du cabinet … Continuer de lire Avec Fillon la surprise n’est pas de mise

Rugby à la télé, le jeudi…

Léo Ferré chantait « pour me prendre un coup d’air (Couderc),faut que j’me tape le rruby »…Déjà! Le jeudi, la Pro D2 passe à la télé, en direct. C’est bien, pour ceux qui ne peuvent pas sortir. C’est bien pour ceux qui n’y vont pas, mais qui pourront en parler. C’est bien pour ceux qui n’en font pas, ou qui n’y ont jamais joué, mais qui savent … Continuer de lire Rugby à la télé, le jeudi…