« Joueur de blues…au Connemara »

C’est la course cycliste à Saint-Palais. Des hommes rouges, doudoune et casquette. Podium et structure gonflable, rapidement sur pieds. La journée démarre en fanfare, radio-phoniquement s’entend. Je me retrouve « joueur de blues », au lever. Joueur debout, de boue, de bouse, passe encore. A moins qu’il ne s’agisse d’ une mélancolique intonation. Oui, plutôt de ce côté-là, en fait. Quant à envisager un exil, fut-il au … Continuer de lire « Joueur de blues…au Connemara »

Carnet de route, vers la nouvelle année (3)…

Au cours de ce périple, un détour par la « Bande Originale » avec Frédéric Lodéon, comme invité. Un musicien, plus tard chef d’orchestre qui régale ses auditeurs, à la radio, la télévision voire. Il est question de Schubert. Schubert, repris par Fauves, dans « Voyou ». « Barre toi! Casse toi, je t’ai dit, qu’est-ce qu’il t’faut d’plus? T’en as pas vu assez? Et arrête de m’regarder comme ça … Continuer de lire Carnet de route, vers la nouvelle année (3)…

Biarritz-Oyonnax : avant le match (1)

Une affiche. Le cinquième reçoit le premier. La télévision ne fait pas le voyage « à vide ». Trois camions. Des câbles. Des câbles et des malles. Des malles de câbles. Des enrouleurs aussi. Et nos vies, là-dedans. Là, ce sont des images qu’on nous destine. Des images rapportées par des machines pilotées par des humains. Mais pas des images d’humains. Ou plutôt si. Des vues d’humains … Continuer de lire Biarritz-Oyonnax : avant le match (1)

Madrid, Guernica …Gernika eta denetan*

  Museo de la Reina Sofia, Madrid. Deuxième étage, mars 2017. Nous sommes nombreux. Massés devant ce grand tableau. L’Horreur du 26 avril 1937. Lundi d’Horreur. Fossoyeur de jour de marché. Flingueur de printemps. A coups de mitraille et de bombes balancées depuis un ciel pervers. L’Horreur représentée par Pablo Picasso. Tant d’émotions ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Un téléphone, que l’on vient apporter à un caudillo, un duce, … Continuer de lire Madrid, Guernica …Gernika eta denetan*

Foire aux pottoks, Ezpeleta : plazako karrika

Depuis le fronton,  lieu central de la Foire, une rue grimpe vers le centre. Plazako karrika. Là, sont alignés des chevaux. Bien mis, propres sur eux. C’est le soin, l’esthétique. Plus de messieurs avec des bâtons ou des tabliers. Des jeunes femmes, attentives, la brosse à la main; il faut que ça brille! Ces chevaux participent à un concours. Ils sont alignés, face aux habitations. … Continuer de lire Foire aux pottoks, Ezpeleta : plazako karrika