Ecolocture

Prendre une plage, la vider…Euh, non, prendre une plage vide…Non, pas bon…Prendre sa place sur la plage…Pffffff S’asseoir sur le rebord de pierre. Dos aux passants qui passent, sur la Concha. Après avoir cependant vérifié que le lampadaire, éclaire. Plutôt un job normal de lampadaire, mais tant de sots font mal leur métier, alors un lampadaire qui éclaire, c’est bien. Très bien même. Lire, s’adonner … Continuer de lire Ecolocture

La fête…

La fête bat son plein. Une expression consacrée. Une expression, toute faîte, comme ça. Livrée, posée, installée en quelques lettres. Un truc qui tombe bien. Qui a sa place, sans forcer. Pour commencer un texte, ou bien au milieu, peut-être à la fin, aussi. La fête bat son plein. Cela fait une semaine que l’espace du grand parking gratuit a été réduit au quart. Les … Continuer de lire La fête…

Le cheval du monsieur

      Il est arrivé, à pieds. Tranquillement. Avec des chaussures de marche. Un pantalon court, une chemise bleue ciel. Des chaussettes montantes. Un scout ; version adulte. Hâlé par tant de jours au soleil. Le sac à dos bien rempli. Il était midi, un peu dépassé. Il s’est mis à échanger, très vite, avec deux personnes. Finalement. Il a accepté. Non, pas lui, … Continuer de lire Le cheval du monsieur

Lettre ouverte à Delphine Gleize*

Moi, c’était hier. Un jeudi gris à Bayonne. A l’Atalante, face à l’Adour. Vous m’aviez semé, déjà, à Saint-Palais, à Garazi ; que des dates qui ne me convenaient pas. Et puis, « Beau joueur », mercredi, jeudi à Bayonne. Jeudi, très bon pour moi. Quelques démarches administratives le matin, un crochet par Itxassou, puis l’heure du film. Un peu en avance. Mais pas trop. Pas comme … Continuer de lire Lettre ouverte à Delphine Gleize*

Conversations passées

Les conversations fournissent un sujet inépuisable. Le temps qu’il fait, qui manque, qu’il reste. Les voisin, les autres, la famille…Ces échanges débutant parfois par « onmadit », jeteledisàtoi » sont tour à tour chaleureux, cruels, délicieux, excessifs, lapidaires, ordinaires. Là, ce dimanche, comme je circulais dans l’ancienne Aquitaine, jusque vers la Dordogne, me vinrent en mémoire ces conversations disparues. Carrément éliminées. Recouvertes de sédiments scientifiques, appelés « géolocalisations ». On … Continuer de lire Conversations passées

Animaux dedans

C’est l’hiver. Il ne fait pourtant pas froid, ici. C’est quand même l’hiver. Les animaux sont rentrés. Il y a bien deux ou trois troupeaux de moutons, dehors encore. Une grosse tête d’épingle sur laquelle on aurait collé des cheveux de laine. Le tout posé sur une toile verte, un peu abrupte. Avant Hiribehere, les vaches, depuis leur quartier d’hiver, regardent passer les voitures. Elles … Continuer de lire Animaux dedans

Bide* movie ; Saint-Palais, Itxassou

De jolies départementales qu’on enfile en regardant devant et sur les côtés. Des moutons. Les plus nombreux. Épars, en grappes, guidés par un beltz*-ici le noir vaut des dizaines de blancs- des vaches, des chevaux. Par ordre décroissant de population. Les ovins sont accompagnés par des pâtres en quad, avec un casque de bicyclette -pour la version « enfants »- ou par un bipède qui marche devant. … Continuer de lire Bide* movie ; Saint-Palais, Itxassou

Variations saisonnières

Je dois l’avouer, j’avais peur d’affronter votre colère, votre déception. Juillet m’a pris de court. Embarqué que j’ai été jusque vers l’Océan Indien. J’ai écrit peu. Peu d’écrits. Menaces sur ma carrière et mon contrat. Reproches à peine voilés. Puis, plus voilés du tout. Reproches à pleine volée. Du bois vert. Je m’y suis remis… »Aïe ! », mon épaule droite me fait mal. S’il pouvait changer … Continuer de lire Variations saisonnières

« Je ne suis pas d’accord… »

Les aéroports, comme les gares, constituent un lieu d’exploration sans pareil. La chaleur, l’annonce scandée en permanence à Montparnasse « en raison d’une panne électrique survenue le 27 juillet… ». A la fin, la voix féminine nous indique qu’il vaut mieux décaler son départ, que l’achat sera remboursable dans une période de 60 jours. Du marteau-piqueur en prime, pour sortir de la torpeur. De la bouftance, partout … Continuer de lire « Je ne suis pas d’accord… »

Étrange étranger

Je suis dans l’Essonne. Même pour quelques heures, j’ai besoin d’adresser la parole à d’autres. Chaque fois, l’on me fait répéter. J’avais pris soin de vérifier avant, pas de « chocolatine », surtout pas…Je m’en suis d’ailleurs très bien sorti, en demandant un croissant. Mais je voulais aussi des fruits et des journaux. Pour les fruits, l’on me fait répéter, finalement je montre avec le doigt. J’ai, … Continuer de lire Étrange étranger