Bayonne, Biarritz, aprés le match

  Des glycines. En montant vers Jean Dauger. Une jolie journée d’avril. Qui n’a même pas tenu à un fil. Des Bayonnais braillant avant, bâillonnés pendant. Des Biarrots discrets, l’Indien mis à part. Des tours de Jean Dauger, debout sur le plateau du camion, avec une sono très forte. Une mascotte à quai. Pottoka, seul maître à bord, fêté dés son arrivée, comme il se … Continuer de lire Bayonne, Biarritz, aprés le match

Bayonne : 24 Biarritz : 17

Le match, donc. Sous les couleurs d’avril. Souvent les plus belles. Du soleil. La montagne basque recouverte de sucre glace, léché par endroits avec gourmandise. Le noir de l’écobuage qui favorise le contraste, quant au vert décliné ici en tant de nuances…La parade des tracteurs bat son plein. Ces amoureux viennent témoigner à la Terre de leur attachement. En semant, griffant, caressant, c’est selon. L’odeur … Continuer de lire Bayonne : 24 Biarritz : 17

Bayonne, Biarritz (2)

Je fais partie d’une époque ou les dirigeants dirigeaient, parfois même désagréablement. C’est à dire que le gant de fer était plus en vogue que le gant de velours. Les présidents, pour importants qu’ils fussent, n’en rajoutaient pas. Disons, qu’ils ne cherchaient pas systématiquement à se mettre en avant, à faire parler d’eux. L’expression « faire le buzz » n’était pas de ce monde. L’espace médiatique, ici … Continuer de lire Bayonne, Biarritz (2)

Bayonne, Biarritz (1)

Jeudi soir, y’a rugby. Sans Couderc (il ne me manque pas vraiment). Léo Ferré* aurait plus de mal à s’en accommoder. Donc jeudi, y ‘a rugby. Le jeudi : un sacré coquin, celui-là. En 1972, la journée libérée des enfants est passée du jeudi au mercredi. Conséquence d’un arrêté du ministre de l’éducation, Olivier Guichard-non, pas celui qui chante « mon vieux » !-qui a supprimé les … Continuer de lire Bayonne, Biarritz (1)

Conversations…

Là, là tout de suite, la discussion n’est pas entre douceur humide ou froid sec. Non, ç’aurait été trop simple. Douceur humide, couleurs  vertes au Pays Basque, tout ça, ça y est, vous vous remémorez ?!… Ce froid que l’on ne connaît pas et qui nous va si bien, parce qu’au moins les microbes, et c’est plus sain, et patati…Non, cette question fondamentale, maintes fois … Continuer de lire Conversations…

D’Amphibie au Pays Basque …

C’est l’époque des batraciens. Désormais nommés amphibiens. Amphibiens pour désigner des formes semi-aquatiques. Les crapauds stationnent ainsi sur la départementale : entre l’ air-con du prétentieux qui sait tout mieux que tout le monde et te regarde de haut, l’air ahuri de l’innocent qui découvre que l’asphalte ne glisse pas et que le trajet d’un bas-côté à l’autre est si long…Pour une issue souvent fatale. … Continuer de lire D’Amphibie au Pays Basque …

Péripéties et visions d’ici

Le mardi soir, cette vision d’aisselle renversée, au-dessus de Mauléon Licharre. Entre deux hauteurs. Une aisselle peuplée d’arbres. Des arbres baignant dans un halo lumineux. Superbe. Fugace. Un instant à caresser. Jeudi, les moutons en bande, dispersés, regroupés. Du vert pâturage, du noir d’aprés écobuage. Les pour, les contre. L’interdiction du préfet. J’imagine l’impact sur quelques-uns. L’agacement chez d’autres. Elle est assise à l’extérieur. A l’aéroport … Continuer de lire Péripéties et visions d’ici

Deux arbres abattus

Sur la départementale onze, cette fin de journée. Entre Mauléon-Licharre et Saint-Palais. Des montées, des descentes. Des pentes qui virent. Des virages qui grimpent. Un feu clignotant pour que les vaches traversent pour changer de parcelle. La voiture arrêtée, en face. Pas d’enfants sur lesquels veiller, vers ou en sortant de l’école. Non. Des bovins. La femme, bâton en main, discute avec l’automobiliste arrêté. Je … Continuer de lire Deux arbres abattus

DiMaggio, Monroe là-bas, ici…

Ce matin, lecture du quotidien « L’Equipe », à Saint-Palais. Les chevaux n’ont pas encore démarré leur journée. Les turfistes ont le bon tuyau. Je mettrai bien une pièce sur le neuf. Des verres de blanc, de rouge, de pétillant. L’eucharistie païenne, célébrée au PMU. Des commentaires sur les matches de rugby de la veille, et de ceux à venir. Je parcours le journal depuis la fin. … Continuer de lire DiMaggio, Monroe là-bas, ici…

« Joueur de blues…au Connemara »

C’est la course cycliste à Saint-Palais. Des hommes rouges, doudoune et casquette. Podium et structure gonflable, rapidement sur pieds. La journée démarre en fanfare, radio-phoniquement s’entend. Je me retrouve « joueur de blues », au lever. Joueur debout, de boue, de bouse, passe encore. A moins qu’il ne s’agisse d’ une mélancolique intonation. Oui, plutôt de ce côté-là, en fait. Quant à envisager un exil, fut-il au … Continuer de lire « Joueur de blues…au Connemara »