Basque balade (2)

…Et quitter Saint-Palais pour s’en aller : Beyrie sur Joyeuse. Le soir, vingt-deux heures passées. Le fronton place libre n’a pas trouvé preneur. Un peu plus loin profitant de l’éclairage, des hommes jouent à la pétanque. Pas tout à fait un sport basque. Le ciel nuageux, débordé par tous ces conflits déjà évoqués n’a pas tiré son rideau. Comme pour répondre à la demande de petits … Continuer de lire Basque balade (2)

Basque balade

A Lacarre, le fronton est en bord de route. Un fronton « place libre », sans murs latéraux . Les joueurs s’échauffent. Une fin de journée orageuse. On a installé des bancs, sur le côté gauche. Des spectateurs assis tournent le dos aux voitures. C’est du sérieux. C’est l’été, un été plus capricieux que jamais. La pluie qui veut occuper le temps, les journées, comme une obstinée. … Continuer de lire Basque balade

Le triomphe modeste

Elle est revenue. Une illusion de chaleur, la nécessité impérieuse d’aller se baigner, se mouiller, se tremper et puis…La délivrance. Elle est revenue, sans crier gare. Doucement dans la nuit. Discrètement. Laissant glisser ses doigts sur les fenêtres, pour dire sa présence, sans vouloir s’imposer. Un débit léger, puis avec l’assurance, plus loquace, volubile même. Elle est revenue. J’ai dû contenir les parapluies impudiques, en … Continuer de lire Le triomphe modeste

« Y’a des matins comme ça »…

Oui, je dois l’avouer. J’étais parti pour une tournée du lundi matin, entre cafés et ballons, avec des commentaires à l’emporte-pièce. Du moins je l’espérais. Quelques paroles bien acérées, des haussements d’épaule, des sourires convenus et quelques écarts de langage. Des conversations de bistrot, comme un air populaire. Sauf, que ce lundi matin, Cambo-les-Bains prend son temps. Les forts en thème ne sont pas là, … Continuer de lire « Y’a des matins comme ça »…

D’un ballon l’autre, à Cambo-les -Bains, ce samedi matin

Il reste cinq minutes à jouer. De dos au comptoir, ils continuent de regarder la télévision. Grand écran, s’il vous plaît. Pas de commentaires. Les Noirs de Nouvelle-Zélande, impressionnants jusque chez Chiquito. Forcément le silence. Le monsieur au bout, dans l’arrondi (!) du comptoir tient le journal à deux mains. Visiblement pas enclin à le passer au contact. Il savoure le dernier essai. Magnifique. Le … Continuer de lire D’un ballon l’autre, à Cambo-les -Bains, ce samedi matin

Vert Itxassou

Un témoin fabuleux. Le paysage. Le paysage et ses couleurs. Non, ses teintes, plutôt. Parce que la couleur fondamentale est le vert. Avec des créatures qui valorisent le paysage. Ce petit parc à cochons. Odeur garantie. Terrain boueux. Noir. L’on dirait que la terre a été conscieusement retournée. Les porcins sortent de leur maison, ni en pierre, ni en paille, ni en carton. Non. Une … Continuer de lire Vert Itxassou

Abrazo

…Et l’étreinte vient. Forcément fusionnelle. De s’être longtemps retenus. D’une célébration, tout à la fois d’attente et de crispations, de délivrance et de joie, de bras qui s’étaient oubliés – ce qui est facilement compréhensible s’agissant de nos ancêtres… Nous avons l’avantage d’avoir pris notre destin, à bras-le-corps. D’un William Webb Ellis, « avec un parfait mépris pour les règles de football, tel que joué à … Continuer de lire Abrazo

A-brazo…

  L’extrême pudeur des footballeurs. Bien coiffés, peignés. Une footballeur-touch, du « porter haut ». Pas forcément chic, mais haut. Comme on dit d’une défense, en avançant… Depuis les bas, qui vont jusqu’à couvrir les genoux ;  pour peu que des sous-shorts descendent, les jambes sont cachées. C’est-à-dire qu’on ne saurait les voir. Lorsqu’il s’agit de se tenir, les joueurs ne donnent pas l’impression d’un bloc. Au … Continuer de lire A-brazo…

Sans mesure

Ce dimanche matin. Du soleil, pas de pluie. Un thermomètre qui indique clairement, qu’il restera sous la couette. Parce qu’en peu de temps, les épaules nues figurent davantage le « plaqué » que le « plaqueur »… Le « plaqueur » ; celui dont on exige qu’il ait les épaules en feu. Pour étreindre l’humanité tout entière. Mais c’est un autre propos. Quatre degrés au-dessus de zéro. C’est peu, mais les … Continuer de lire Sans mesure

Bayonne-Biarritz, allers et retours…

Le derby approche. Une partie à Aguilera. Après l’aller à Jean Dauger. Un aller pas simple pour les Bleus . Les Rouges, vêtus de noir, pour la circonstance, avaient paru plus rapides, plus forts, plus tranchants…Les statistiques ne pensaient pas de la même façon. La raison des statistiques est parfois…effrayante. Un terme peu souvent accolé à « raison », vous en conviendrez. Ce match retour vient bien, … Continuer de lire Bayonne-Biarritz, allers et retours…