Iraila, bi kostuen

Des canards se précipitent prés du port, à Gernika. Des poissons aussi. Apparement, ils se partagent le territoire sans se quereller. Au bout de l’estuaire, ou pas loin du commencement. Enfin, ça dépend si l’on considère la chose, côté « canard » ou « côté  « poisson ». Les fêtes d’Errenteria sont passées. Les bateaux d’Elantxobe et d’ailleurs aussi. Les joies de l’effort, les bras en cadence pour exciper le … Continuer de lire Iraila, bi kostuen

Le cheval du monsieur

      Il est arrivé, à pieds. Tranquillement. Avec des chaussures de marche. Un pantalon court, une chemise bleue ciel. Des chaussettes montantes. Un scout ; version adulte. Hâlé par tant de jours au soleil. Le sac à dos bien rempli. Il était midi, un peu dépassé. Il s’est mis à échanger, très vite, avec deux personnes. Finalement. Il a accepté. Non, pas lui, … Continuer de lire Le cheval du monsieur

P…..de mai

Et ça traîne, en longueur. Avec des pauses en milieu de semaine. Des dates, des fêtes qu’on sait plus à la fin, s’il faut s’en réjouir ou pas…Des incitations à battre le pavé. Mais le pavé se fait rare. Versatile même. Lancé désormais par le policier ! Du soleil. Un faux air de dilettante. Des lunettes de soleil. Du chapeau, des vêtements légers. Le sprint … Continuer de lire P…..de mai

…la pluie

J’aime plus la pluie qui s’enfuit. Enfin, non, si, j’aime la pluie. Mais elle me fait faux-bond. Les gouttes ne tournent plus rond. Drue, plutôt, la pluie. Mais spasmodique. Sans consistance, vraiment. En réaction. Pas dans l’agir. Je voudrais une pluie qui dure. Ruisselant, dégoulinant. La goutte qui traverse, insidieusement, dans la région du cou. L’humidité qui cause une petite tâche rouge, de froideur assassine. … Continuer de lire …la pluie

Défilé

Je me défile. Pas de muguet, pas de manifestation. Même pas d’humeur. Sensible à la cause des gilets jaunes, hostile à ceux qui vont avec le courant réactionnaire. Le rassemblement syndical, prés de la Nive ce matin, ne m’a pas attiré. Je suis passé. Je n’ai pas envie de battre le pavé avec des gens qui voient l’âge de la retraite reculer, sans sourciller, avec … Continuer de lire Défilé

Foire

Je suis allé à la Foire au jambon. C’est un joli pays. Avec des  maisons colorées. Plutôt élancées. Tout le contraire des morphotypes locaux, en somme. Surtout à l’intérieur des terres. Les couleurs majoritaires, sont le rouge et le vert. C’est moins bien que sur le quai Chaho, je trouve. Parce que l’on a autant d’esprit que d’appétit, à Bayonne, on a écrit sur les … Continuer de lire Foire

Bayonne, Biarritz le 28 ème jour

Bayonne, 77 points, quatrième au classement. Biarritz, 65 points, neuvième au classement. Les chiffres sont là. Quelques jours aprés le titre de champion du monde du Pays Basque, fêté, proclamé. Quelques jours aprés l’insupportable défaite, devant quinze mille personnes à Jean Dauger. Une deuxième vague Biarotte, aprés la première vers Aguilera. Des irréductibles suiveurs Rouges et Blancs, fiers, criant leur joie. La foule Bayonnaise, muette, … Continuer de lire Bayonne, Biarritz le 28 ème jour

Bayonne, Biarritz, aprés le match

  Des glycines. En montant vers Jean Dauger. Une jolie journée d’avril. Qui n’a même pas tenu à un fil. Des Bayonnais braillant avant, bâillonnés pendant. Des Biarrots discrets, l’Indien mis à part. Des tours de Jean Dauger, debout sur le plateau du camion, avec une sono très forte. Une mascotte à quai. Pottoka, seul maître à bord, fêté dés son arrivée, comme il se … Continuer de lire Bayonne, Biarritz, aprés le match

Bayonne : 24 Biarritz : 17

Le match, donc. Sous les couleurs d’avril. Souvent les plus belles. Du soleil. La montagne basque recouverte de sucre glace, léché par endroits avec gourmandise. Le noir de l’écobuage qui favorise le contraste, quant au vert décliné ici en tant de nuances…La parade des tracteurs bat son plein. Ces amoureux viennent témoigner à la Terre de leur attachement. En semant, griffant, caressant, c’est selon. L’odeur … Continuer de lire Bayonne : 24 Biarritz : 17

Bayonne, Biarritz (2)

Je fais partie d’une époque ou les dirigeants dirigeaient, parfois même désagréablement. C’est à dire que le gant de fer était plus en vogue que le gant de velours. Les présidents, pour importants qu’ils fussent, n’en rajoutaient pas. Disons, qu’ils ne cherchaient pas systématiquement à se mettre en avant, à faire parler d’eux. L’expression « faire le buzz » n’était pas de ce monde. L’espace médiatique, ici … Continuer de lire Bayonne, Biarritz (2)