Le foot à l’Elysée

Il fallait passer à l’Elysée. Saluer le locataire, qui vit là en couple, comment l’ignorer ?!… Il fallait passer là, par cette case. Le locataire avait des choses à dire, encore et encore. Des choses à affirmer, façon branchée avec ce social qui « nous coûterait un pognon de dingue », des choses à lancer pour gagner les réactionnaires et les français les plus conservateurs :  l’idée … Continuer de lire Le foot à l’Elysée

Abrazo

…Et l’étreinte vient. Forcément fusionnelle. De s’être longtemps retenus. D’une célébration, tout à la fois d’attente et de crispations, de délivrance et de joie, de bras qui s’étaient oubliés – ce qui est facilement compréhensible s’agissant de nos ancêtres… Nous avons l’avantage d’avoir pris notre destin, à bras-le-corps. D’un William Webb Ellis, « avec un parfait mépris pour les règles de football, tel que joué à … Continuer de lire Abrazo

A-brazo…

  L’extrême pudeur des footballeurs. Bien coiffés, peignés. Une footballeur-touch, du « porter haut ». Pas forcément chic, mais haut. Comme on dit d’une défense, en avançant… Depuis les bas, qui vont jusqu’à couvrir les genoux ;  pour peu que des sous-shorts descendent, les jambes sont cachées. C’est-à-dire qu’on ne saurait les voir. Lorsqu’il s’agit de se tenir, les joueurs ne donnent pas l’impression d’un bloc. Au … Continuer de lire A-brazo…

Sans mesure

Ce dimanche matin. Du soleil, pas de pluie. Un thermomètre qui indique clairement, qu’il restera sous la couette. Parce qu’en peu de temps, les épaules nues figurent davantage le « plaqué » que le « plaqueur »… Le « plaqueur » ; celui dont on exige qu’il ait les épaules en feu. Pour étreindre l’humanité tout entière. Mais c’est un autre propos. Quatre degrés au-dessus de zéro. C’est peu, mais les … Continuer de lire Sans mesure

Dimanche au café…Athletico 2…

Du café du dimanche matin. Celui de ceux qui traînent.  Pas pressés de commencer. De ceux qui se sont avancés. Rapides, davantage que lève-tôt. Surtout s’il s’agit de ne pas commencer. De commencer sans être soumis. A horaires. A être. A faire. A dire. A sourire. A moucher son nez, doucement. Comme s’il agissait de respirer, d’expectorer, d’éternuer « léger ». Sans se lâcher. Ne pas faire … Continuer de lire Dimanche au café…Athletico 2…

Girona 2 Atletic 0, desde un bar en Rekalde…

C’est un bar sympa. Pas un de ces nombreux établissements, en enfilade, avec la télé qui sert du football, tous les soirs ou presque…Pas un de ces nombreux établissements, ou les pèlerins assis au comptoir, ignorent le Monde, tant qu’il ne tourne plus rond… Une fausse blonde, la trentaine passée, au rire très ordinaire, sa comparse brune qui rit moins souvent, mais plus fort encore. … Continuer de lire Girona 2 Atletic 0, desde un bar en Rekalde…

Matin de sportif…

  Quelque part. Peut-être en Euskadi. Sûrement à Bilbao. Rekalde. El Fango. Le Polideportivo, dimanche matin. Dans la brume, le panneau d’affichage encore sous l’effet du choc. La défaite de la veille. Un score contraire : d’abord les points de ceux, celles qui reçoivent. Los de casa : 1. Puis ce qui se déplacent, les visiteurs : 2. La marque de la défaite, encore présente … Continuer de lire Matin de sportif…