Le monde à l’envers

Bien fait pour ces salauds de pauvres. Ces retraités à 1500 balles qui sont riches à crever et qui d’ailleurs vont en crever. Tout ce peuple de laborieux, qui se voulaient heureux, pour finir d’aller « se la couler douce » dans des maisons de retraite. « Des maisons de retraite », aprés « des maisons de joie », « des maisons closes ». Des maisons de joie, closes. Forcloses. « Depuis environ 25 … Continuer de lire Le monde à l’envers

Rugby ; derby et compagnie…ou « C’était mieux avant » (1)

Il y aura des derbys, cette fin de semaine. Deux derbys en Pro D2. Un derby des Landes, entre Mont-de-Marsan et Dax, un autre à Aguilera entre Bayonne et Biarritz. Deux derbys, deux confrontations entre voisins proches, très proches. Le derby des Landes est l’occasion d’évoquer le rugby en noir et blanc, avec une finale en 1963,à Bordeaux…Une foule immense. Roger Couderc. Un arbitrage honteux, … Continuer de lire Rugby ; derby et compagnie…ou « C’était mieux avant » (1)

Bayonne-Biarritz, allers et retours…

Le derby approche. Une partie à Aguilera. Après l’aller à Jean Dauger. Un aller pas simple pour les Bleus . Les Rouges, vêtus de noir, pour la circonstance, avaient paru plus rapides, plus forts, plus tranchants…Les statistiques ne pensaient pas de la même façon. La raison des statistiques est parfois…effrayante. Un terme peu souvent accolé à « raison », vous en conviendrez. Ce match retour vient bien, … Continuer de lire Bayonne-Biarritz, allers et retours…

« Un petit poisson, un petit oiseau* »

Un petit poisson, un petit oiseau jouent à distance. Lui, c’est les flaques, l’eau. Elle sur sa trottinette rose, avec deux roues derrière. Egalement vêtus de bleu, avec un petit rappel « fille » pour elle et ce passe, bleu turquoise dans ses cheveux. Comme un ruban sur le cadeau. Lui, solitaire, parmi ces gens qui passent. Il vient de goûter l’eau boueuse du bac ou l’on … Continuer de lire « Un petit poisson, un petit oiseau* »

Conte ordinaire des Basses Pyrénées (2): le dimanche 24 décembre

Des commerces ouverts, à l’intérieur, comme sur la côte. Des commerces ouverts jusqu’au soir. Pour recueillir les fonds de bourses. Les derniers achats, cordons déliés. L’excitation de la dernière heure, pour ceux qui ont l’habitude de faire beaucoup en peu de temps, ou bien le prix de l’indolence pour ceux qui remettent au dimanche, ce qui aurait pu être fait avant. Les surfeurs sont à … Continuer de lire Conte ordinaire des Basses Pyrénées (2): le dimanche 24 décembre

Ballons (1) : « Let the children play !* »

  Un gisement de ballons. En couleurs qui plus est. Une réserve de ballons, pour des jeux sans réserve. Des enfants qui courent, qui crient et qui rient. Et peu importe Messi ! Des terrains de jeux. Pas forcément herbeux, pour être heureux. Les adultes qui ont oublié de « jouer » depuis tant d’années, convoqués, sommés de prendre part au jeu. Blazer ou mocassins, peu importe … Continuer de lire Ballons (1) : « Let the children play !* »

Avent…

Un calendrier de l’Avent. Pour patienter jusqu’au moment. Un calendrier en guise de compte à rebours. Un compte, décompte, plus tard on fera les comptes…ça vaut certainement mieux. Parce que les débours du rebours, pèseront. Lourd. Des débours importants. Pour les enfants, me dit-on. Ah, bon, je ne savais pas que les enfants exigeaient des avances d’argent. Peut-être s’agit-il de sommes engagées à nos dépens. … Continuer de lire Avent…

Camp blanc de la mort

Il est méconnaissable. Il erre famélique. Même le colibri s’en émeut. Il se demande à quoi bon. D’accomplir encore sa part. De remplir d’eau son bec, pour tenter de circonscrire l’incendie dans la forêt. Comme le conte si bien Pierre Rhabi. « L’ours brun » de Franck Tashlin ne sera bientôt plus lu. Ou rangé dans les étagères des animaux disparus. Comment en effet, tenir encore sa … Continuer de lire Camp blanc de la mort

« Ce qui nous lie »…

Une réplique, dans le film. « J’étais parti pour le fuir, je suis revenu à cause de lui »… Le fils parlant du père. Quelques variations possibles : A cause de lui, je ne suis pas allé au bout de ma fuite. J’étais parti pour la fuir, je suis revenu. J’étais parti, je suis revenu à lui. J’ai fui, je suis revenu. Partir pour fuir. Fuir. Partir. Revenir. … Continuer de lire « Ce qui nous lie »…

Le code (2)

Vingt heures passées de sept minutes. L’alerte individuelle de disparition sonnera dans une heure et quarante-huit minutes. Elle sera en fait activée, cinq minutes avant vingt-deux heures. L’heure du coucher incité.  La patrouille sera sur la trace de « l’égaré » à vingt-deux heures. Dans le bloc de la rue des Gouverneurs, à Bayonne. Au pied du numéro six, exactement. Dix mètres au-delà, un engin de sécurité … Continuer de lire Le code (2)