La danse des connards…

Vu. Dans une vitrine a Donostia. Dans le Casco Viejo. Du tipico. Des, je-ne-sais-quoi, en matière plastique. Censés figurer un canard. Déclinés en d’innombrables modèles, pour pouvoir les écouler ! Je croyais que l’on avait fait le tour de la question, avec les canards des fêtes foraines, censés mordre à l’hameçon, ou que l’on « pêche » par le bec…Mais non, toujours plus « canard ». C’est vrai qu’un … Continuer de lire La danse des connards…

Abrazo

…Et l’étreinte vient. Forcément fusionnelle. De s’être longtemps retenus. D’une célébration, tout à la fois d’attente et de crispations, de délivrance et de joie, de bras qui s’étaient oubliés – ce qui est facilement compréhensible s’agissant de nos ancêtres… Nous avons l’avantage d’avoir pris notre destin, à bras-le-corps. D’un William Webb Ellis, « avec un parfait mépris pour les règles de football, tel que joué à … Continuer de lire Abrazo

L’impôrapluie…

Le pire est certain. Ils sont en manque d’idées. Ils choisissent des choses compliquées. Taxer les téléphones, les ordinateurs, les écrans mobiles.  Et quand ils s’éloignent de leur axiome de base…Ils déclinent. L’axiome de base ?!  « Il faut prendre l’argent là ou il se trouve, chez les pauvres. D’accord ils n’en ont pas beaucoup, mais ils sont si nombreux. » Ces braves gouvernants. Ils essaient de … Continuer de lire L’impôrapluie…

Les tamaris

Ils ont été chantés par Luis Mariano, depuis Biarritz. « …Où l’on s’en va, au clair de lune, s’embrasser sous les tamaris… » Je les fréquente, à Donosti, m’éloignant de la Concha, pour aller me sustenter par là. S’embrasser sous les tamaris, pas très heureux. D’ailleurs les tamaris en question n’y incitent pas. Il figurent des couples qui ne tiennent pas, ne se tiennent plus,   artificiellement … Continuer de lire Les tamaris