Pluie, café et cie…

Il pleut. Il y a du vent aussi. Il pleut. Du crachin, des averses qui cinglent, un peu de grêle aussi. Les précipitations varient. Les parapluies se dressent. Affichent leurs ridicules limites aussi, avec leurs baleines chavirées par le vent. Les conversations de ce vendredi matin évoquent le sort du Biarritz-Olympique. « Et il prend celle des cinquante mètres, il en a deux, avant, à quarante … Continuer de lire Pluie, café et cie…

Iraila, bi kostuen

Des canards se précipitent prés du port, à Gernika. Des poissons aussi. Apparement, ils se partagent le territoire sans se quereller. Au bout de l’estuaire, ou pas loin du commencement. Enfin, ça dépend si l’on considère la chose, côté « canard » ou « côté  « poisson ». Les fêtes d’Errenteria sont passées. Les bateaux d’Elantxobe et d’ailleurs aussi. Les joies de l’effort, les bras en cadence pour exciper le … Continuer de lire Iraila, bi kostuen

Bayonne, Biarritz le 28 ème jour

Bayonne, 77 points, quatrième au classement. Biarritz, 65 points, neuvième au classement. Les chiffres sont là. Quelques jours aprés le titre de champion du monde du Pays Basque, fêté, proclamé. Quelques jours aprés l’insupportable défaite, devant quinze mille personnes à Jean Dauger. Une deuxième vague Biarotte, aprés la première vers Aguilera. Des irréductibles suiveurs Rouges et Blancs, fiers, criant leur joie. La foule Bayonnaise, muette, … Continuer de lire Bayonne, Biarritz le 28 ème jour

Bayonne, Biarritz, aprés le match

  Des glycines. En montant vers Jean Dauger. Une jolie journée d’avril. Qui n’a même pas tenu à un fil. Des Bayonnais braillant avant, bâillonnés pendant. Des Biarrots discrets, l’Indien mis à part. Des tours de Jean Dauger, debout sur le plateau du camion, avec une sono très forte. Une mascotte à quai. Pottoka, seul maître à bord, fêté dés son arrivée, comme il se … Continuer de lire Bayonne, Biarritz, aprés le match

Bayonne, Biarritz : le match (1)

Il y en eut un. Un vrai, un beau. Avec des réussites et un succès indiscutable des Biarrots. Des défaillances, aussi. Dommage que le match ait eu lieu à Aguilera…Ah, c’était Jean Dauger ?!… Alors les Bayonnais en sont restés au jeudi d’antan. Le jour de congés des enfants. Les enfants. Ils étaient bien les seuls à s’agiter en tribune. « Tais-toi, parce que lui il … Continuer de lire Bayonne, Biarritz : le match (1)

Bayonne : 24 Biarritz : 17

Le match, donc. Sous les couleurs d’avril. Souvent les plus belles. Du soleil. La montagne basque recouverte de sucre glace, léché par endroits avec gourmandise. Le noir de l’écobuage qui favorise le contraste, quant au vert décliné ici en tant de nuances…La parade des tracteurs bat son plein. Ces amoureux viennent témoigner à la Terre de leur attachement. En semant, griffant, caressant, c’est selon. L’odeur … Continuer de lire Bayonne : 24 Biarritz : 17

Bayonne, Biarritz (2)

Je fais partie d’une époque ou les dirigeants dirigeaient, parfois même désagréablement. C’est à dire que le gant de fer était plus en vogue que le gant de velours. Les présidents, pour importants qu’ils fussent, n’en rajoutaient pas. Disons, qu’ils ne cherchaient pas systématiquement à se mettre en avant, à faire parler d’eux. L’expression « faire le buzz » n’était pas de ce monde. L’espace médiatique, ici … Continuer de lire Bayonne, Biarritz (2)

Bayonne, Biarritz (1)

Jeudi soir, y’a rugby. Sans Couderc (il ne me manque pas vraiment). Léo Ferré* aurait plus de mal à s’en accommoder. Donc jeudi, y ‘a rugby. Le jeudi : un sacré coquin, celui-là. En 1972, la journée libérée des enfants est passée du jeudi au mercredi. Conséquence d’un arrêté du ministre de l’éducation, Olivier Guichard-non, pas celui qui chante « mon vieux » !-qui a supprimé les … Continuer de lire Bayonne, Biarritz (1)

Conversations…

Là, là tout de suite, la discussion n’est pas entre douceur humide ou froid sec. Non, ç’aurait été trop simple. Douceur humide, couleurs  vertes au Pays Basque, tout ça, ça y est, vous vous remémorez ?!… Ce froid que l’on ne connaît pas et qui nous va si bien, parce qu’au moins les microbes, et c’est plus sain, et patati…Non, cette question fondamentale, maintes fois … Continuer de lire Conversations…

Elle, Lui

Ils posent. Meurtris dans leur chair. Ils portent les stigmates de leur présence. Un samedi aprés-midi à Bordeaux. Un mardi matin à Biarritz, prés de la Grande Plage. Une jeune fille de 18 ans touchée en plein visage, peut-on lire, ici. Un garçon de 26 ans qui ne sait plus ramasser un objet au sol, de sa main droite. Un samedi aprés-midi, de grisaille et … Continuer de lire Elle, Lui