Dégueuler, dégobiller, gerber, rendre, vomir…

Les gilets jaunes tenus de déclarer à la Préfecture leur action. Les sans-chemises, qu’ils ont du mal à cerner. A comprendre. Les gilets de détresse, que l’on met en cas de panne, d’incident, d’accident. Pour se mettre à l’écart. Pour ne pas gêner. Pour demeurer encore en vie, un peu, tout en se décalant. Déclassés. Dépassés. Comme on arrive plus à « prendre sa place dans … Continuer de lire Dégueuler, dégobiller, gerber, rendre, vomir…

Comme « ils » parlent, à France Culture, ce matin et ailleurs…

Son sourire s’entend clairement. Professionnel. Alliot-Marie était remarquable dans ce domaine. Une façon de sourire, sans à propos. Même pour dire une méchanceté. Pour désarmer une critique. Ce sourire-politique. Travaillé, pas poli. Comme une inspiration avant de s’élancer. Peut-être même un procédé, destiné à faciliter une recherche active. Parfois, les yeux qui montent, dans une posture de voltige aérienne. Pour aller chercher dans le passé, … Continuer de lire Comme « ils » parlent, à France Culture, ce matin et ailleurs…

L’itinérance mémorielle, la Grande guerre et la vraie vie

Le 30 mai 1917 Verdun 6 novembre 2018 Charleville-Mézières 7 novembre 2018 Léonie chérie J’ai confié cette dernière lettre à des mains amies en espérant qu’elle t’arrive un jour afin que tu saches la vérité et parce que je veux aujourd’hui témoigner de l’horreur de cette guerre. Quand nous sommes arrivés ici, la plaine était magnifique. Aujourd’hui, les rives de l’Aisne ressemblent au pays de … Continuer de lire L’itinérance mémorielle, la Grande guerre et la vraie vie

Rugby, armistice et boutonnière

La « fenêtre » de novembre. Une période de matches internationaux de rugby. Ceux de l’hémisphère Sud viennent en vadrouille, ici. L’occasion d’évoquer une participation commune à quatre ans de malheur. Sous la tyrannie d’incapables. Nous, nous allons là-bas, en juin, à une date soigneusement choisie pour priver les champions de France d’un moment de partage avec les leurs. Pensez-donc !!! Mais restons en Novembre. Il ne … Continuer de lire Rugby, armistice et boutonnière

Au Pays Basque, on a des idées…

De plus en plus. Beaucoup d’idées. Tant et tellement. Un centre commercial, une association de promotion du gâteau basque, une agence de communication. Un air de recherche scientifique puisqu’il a fallu élaborer une sonde gonflée à l’hélium pour expédier le gâteau basque à la crème. Je pense que la crème des créateurs, communicants, marchands feraient bien de garder ses idées. Modestement. Égoïstement. Cela me ferait … Continuer de lire Au Pays Basque, on a des idées…

Les grues…(1 &2)

…Sont entrées dans Saint-Palais. Cela donne un vacarme désagréable entre trois heures et neuf heures du matin. Ça grince, ça couine, le même cri qui se répète, amplifié. Des heures durant.Dans la brume, ici, une sorte de musique lancinante venue des cieux, qui ne dit pas son nom. Du mouvement que l’on devine, sans apercevoir les oiseaux proches. La vie est mal faîte, me direz-vous. … Continuer de lire Les grues…(1 &2)

Donostiako arbola…

Au Pays Basque, comme ailleurs…les places sont chères. Nous voulons continuer d’entrer dans les villes et les centre-ville, en automobile. Mais le stationnement augmente singulièrement les frais. Mais ici, c’est comme ailleurs…différemment. L’on parque les quatre roues, les deux roues, les trois roues. La grande roue, là-haut. L’on parque, dans des emplacements peints en blanc, en bleu- comme les couleurs de la Real Sociedad. Normal. … Continuer de lire Donostiako arbola…

Souffleuse et coquille

Saint- Palais. Les chemins de Saint-Jacques qui se rejoignent. Le bel espace, le très bel espace « Chemins Bideak ». Au commencement de la route de Gibraltar. Toute une incitation en un mot. Une destination. De nouveaux horizons. La souffleuse sévit, ce matin encore. Faut dire que l’esthétique est conforme à celle des pèlerins. Un équipement, comme un sac à dos, un voyage Place du Général de … Continuer de lire Souffleuse et coquille

« Hulot » à Saint-Palais…

Ils sont trois. Deux hommes et une femme. La soixantaine franchie et largement dépassée. Corpulents les trois. Du surpoids, comme on dit. Les hommes ont choisi une petit blanc, pour soutenir leurs paroles. La dame a pris un café. Elle opine. Répond plus tard à un quatrième individu qui s’exprime en Basque…Les messieurs sont en pantalon court. Celui de droite, à côté de la dame, … Continuer de lire « Hulot » à Saint-Palais…

Le centre commercial

La côte Basque peut s’enorgueillir d’un  centre commercial. Grand. Très grand. Avec des marques. Des objets, des vêtements. Des choses à acheter. Beaucoup. De quoi se nourrir, pas jusqu’à se goberger, mais pas loin… Néanmoins, la culture n’est pas oubliée. Loin de là. Au contraire, même. Témoin ce toro ceint d’une écharpe aux couleurs de la monarchie espagnole. Un toro en plastique, sur un parterre … Continuer de lire Le centre commercial