Le sapin

Ceux qui gouvernent (suite) : Ils vont encore une fois en faire des caisses…Des caisses en bois, comme leur langue. Avec leur mots polis et rabotés. Leurs mots sournois. Leur langage d’initiés. Des mots comme ces mines de crayon, terriblement pointues. Des pointes redoutables pour nous piquer, nous crever. Même et surtout à travers les écrans de télévision. Leurs chiffres ne valent pas mieux. Ils … Continuer de lire Le sapin

Les soufflistes

Ce ne sont pas des soufistes, adeptes d’un mysticisme de l’Islam. Pas des sophistes, non plus. Quoique leur éloquence est sans pareille. A vous couper le souffle. Et du souffle, ils en ont, les soufflistes de Saint-Palais. Il faut les voir, en habits verts, leur appareil dans le dos, à l’instar des pèlerins qui passent leur chemin ici. Et la magie hurlante s’opère. Les feuilles … Continuer de lire Les soufflistes

Les grues…(1 &2)

…Sont entrées dans Saint-Palais. Cela donne un vacarme désagréable entre trois heures et neuf heures du matin. Ça grince, ça couine, le même cri qui se répète, amplifié. Des heures durant.Dans la brume, ici, une sorte de musique lancinante venue des cieux, qui ne dit pas son nom. Du mouvement que l’on devine, sans apercevoir les oiseaux proches. La vie est mal faîte, me direz-vous. … Continuer de lire Les grues…(1 &2)

La vie en ocre

            Les goûts et les couleurs. Les couleurs qui ont du goût aussi. A Saint-Palais, le ministère des couleurs a bon goût. Il vient de le démontrer. Les peintres chargés de colorer les pylônes d’éclairage, sont convenus avec la Nature et les feuillages de se mettre à l’unisson. Et ça donne une belle perspective. La départementale 2933 a l’air d’une avenue. … Continuer de lire La vie en ocre

Donostiako arbola…

Au Pays Basque, comme ailleurs…les places sont chères. Nous voulons continuer d’entrer dans les villes et les centre-ville, en automobile. Mais le stationnement augmente singulièrement les frais. Mais ici, c’est comme ailleurs…différemment. L’on parque les quatre roues, les deux roues, les trois roues. La grande roue, là-haut. L’on parque, dans des emplacements peints en blanc, en bleu- comme les couleurs de la Real Sociedad. Normal. … Continuer de lire Donostiako arbola…

Le platane

  Il est une invitation. Une terrasse. Un lieu ombragé. L’établissement éponyme qui jouit de sa présence doit embrasser ses racines, chaque jour. Il fait la douceur et la fraîcheur, le platane. Il surpasse les vibrations et le bruit des gros camions ou des engins agricoles traversant Saint-Palais. Il est un havre. Un véritable havre de paix. Une pause-déjeuner comme on dit maintenant, et un … Continuer de lire Le platane

Piquets (2)…

      D’autres témoins, à Burgos. Ceux-là profitent du soleil. D’une discrétion pareille à ceux qui se mouillent à Bilbao. Ils ont l’air de se donner la main, de constituer une voûte. C’en serait presque touchant. Mais ils m’inquiètent. Leurs sourires forcés, leurs corps malingres  avec leurs attributs simiesques. Ces effusions, ces embrassades qui n’en sont pas. Ce n’est pas un vilain procès que … Continuer de lire Piquets (2)…