Deux arbres abattus

Sur la départementale onze, cette fin de journée. Entre Mauléon-Licharre et Saint-Palais. Des montées, des descentes. Des pentes qui virent. Des virages qui grimpent. Un feu clignotant pour que les vaches traversent pour changer de parcelle. La voiture arrêtée, en face. Pas d’enfants sur lesquels veiller, vers ou en sortant de l’école. Non. Des bovins. La femme, bâton en main, discute avec l’automobiliste arrêté. Je … Continuer de lire Deux arbres abattus

Divagations sous contrôle au Pays Basque

« Il pleut, il pleut bergère… ». Tout fout le camp! Y’en a pas une pour rentrer ses blancs moutons. Pas une. Si, de temps en temps un individu en quad, un accompagnement pour changer de parcelle. Des migrations contrôlées. Prévues. « Il pleut, il pleut bergère… » Je les admire, ces blancs moutons. Impassibles. La laine sur l’épaule, une marque de textile grossière-qui en bleu, qui en rouge », … Continuer de lire Divagations sous contrôle au Pays Basque

Animaux dedans

C’est l’hiver. Il ne fait pourtant pas froid, ici. C’est quand même l’hiver. Les animaux sont rentrés. Il y a bien deux ou trois troupeaux de moutons, dehors encore. Une grosse tête d’épingle sur laquelle on aurait collé des cheveux de laine. Le tout posé sur une toile verte, un peu abrupte. Avant Hiribehere, les vaches, depuis leur quartier d’hiver, regardent passer les voitures. Elles … Continuer de lire Animaux dedans

Deux renards sur la route

« Le Loup et le Renard sont d’étranges voisins : Je ne bâtirai point autour de leur demeure » Mais deux renards sur la départementale 933, affolés dans la lueur des phares ne songeaient guère à retenir la commère Cigogne. Deux beaux renards, blonds plus que roux. Les voilà troublés, effrayés, faisant des bonds, sur la ligne continue. Chacun détale d’un côté. Celui qui a choisi la … Continuer de lire Deux renards sur la route

Les chemins

Ici, les chemins se retrouvent. Ils sont descendus vers le Sud. Sans forcément s’attendre. Chacun pour soi. A son rythme. Avec son lot de paysages, ses flots de marcheurs. Marqués de matricules différents, 654, 655, 65. Des itinéraires qui se  connaissent depuis des siècles mais feignent de s’ignorer. Chacun bruissant des pas de l’autre. Des paroles de pèlerins. De langues variées et de langages différents. … Continuer de lire Les chemins

Les requins, la dame et les chiens

    On ne voit pas les requins sur la photo. Ils sont malins. Ils se cachent. Plutôt dans l’eau. Le chien va sur la gréve. La dame hèle, siffle. Mais les requins ne bougent pas d’une oreille. Le chien, lui, continue. Passe devant elle, en l’ignorant superbement. La dame, version « chef de troupeau » : deux fois deux doigts dans la bouche, deux sifflements virils. … Continuer de lire Les requins, la dame et les chiens

Il a bien fait

    Il a bien fait, ce petit oiseau. Il s’est approché, un peu comme sur la pointe des pieds. En attendant, justement à mes pieds, qu’une miette tombe. Mais peine perdue. Las de sautiller sur le sol carrelé, il s’est enhardi. Alors il est monté sur la chaise. Avec des allées et venues, même pas pour donner le change plutôt comme quelqu’un qui voudrait … Continuer de lire Il a bien fait

Expressions

Un fil à la patte. Avoir des obligations, ne pas être libre d’agir. Effectivement, le cochon est retenu. Suspendu. Plus que par un fil et de surcroît, enchaîné. En vitrine ; digne d’une devanture maso. Du métal, pour maintenir le tout, la patte en l’air, sous les projecteurs, en train de transpirer. Des morceaux en monceaux, des quartiers de viande qui ne dit pas toujours ses … Continuer de lire Expressions

Tranches

Elles ont l’air inoffensives. Rangées, alignées dans un commerce. Elles ont l’air de rien, ou presque. Pourtant, le dialogue fameux, l’incontournable, s’entend déjà. Même à travers la vitrine. -« Vous les voulez, épaisses, pas trop ?! » dans un gentil sourire, d’un minois surmonté d’une coiffe hygiénique, le buste penché vers l’avant, dans une rotation épanouie vers le client. -… -« Comme ça, ça va ?! » C’est-à-dire que … Continuer de lire Tranches

Camp blanc de la mort o « el falso rostro del cambio climatico »…

Je lis le journal. El Correo. « La agonia de un oso polar esqueletico se ha vendido como una consecuencia del calentamiento global, pero no hay ninguna prueba de que sea asi ». Le journaliste indique que cette photo-symbole, vendue -comme le journal que j’ai entre les mains- ne constitue pas la preuve du réchauffement climatique. Non. Bien sûr que non. Pas plus que cet enfant sur … Continuer de lire Camp blanc de la mort o « el falso rostro del cambio climatico »…