Indécent

A la dernière page du quotidien du sport, ce samedi. Un écrit. Disposé comme un poème, un dialogue Une traduction de l’anglais, certainement. Un texte vague, comme une rencontre d’aprés-confinement. Mal écrit. Vide de sens. Des mots passés dans des cylindres, mécaniquement. Des cuves. De l’inox qui ne doit pas laisser ni garder de trace. Quelques grammes de plantes. Un secret dont n’aurait pas voulu Polichinelle.

Une marque. Une boisson gazeuse, sucrée, « qui ne veut que du bien à la planète tout entière ». A n’en pas douter.

Un fond rouge, une ondulatioin. La marque en tout petit, presque illisible. Et le fabuleux slogan  » pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière ». Un programme national nutrition santé qui fricote avec du gazeux sombre d’outre-Atlantique. Pour quel profit ?!

La dernière combinaison de mots : « Donc je resterai…plus ouvert que jamais. » Une ineptie. Une ineptie à partager entre quelques milliards. Une horreur. Une bouillie lexicale que je n’ai pas ingérée. Un truc à vous dégoûter de lire le quotidien du sport.

Agur