Des hortensias aux gentianes

Une diagonale végétale. Des kilomètres pour vérifier la mondialisation. Sur les cartons d’emballage, des voyages, des cargos évoqués. Plus vraiment des « bateaux aux ventres alourdis ». Non, plutôt des navires chargés de boîtes bien rangées. Des boîtes de couleur, en métal. De quoi effrayer tous les poissons qui se hasarderaient à lever le nez !

De l’entrepôt ou je fouille les cartons, j’oscille entre des mots exotiques « Chine », « Hong-Kong », des ports Le Havre, Anvers, Marseille, qui me donnent à sourire, en pensant à ma géographie d’enfant…Des visions angoissantes, de vagues immenses, et le long cargo, avec son jeu d’assemblage qui disparaît, puis réapparaît pointant vers le ciel.

IMG_20200619_140534

J’ai laissé les hortensias. Il m’en a fallu du temps pour les apprécier. Un demi-siècle à peu prés. Et maintenant, je les guette, les traque. Je sais cette belle maison aprés Ainhoa, en revenant de Dancharia. Et d’autres que je ne livrerai pas là… Leurs nuances, plus claires, comme ceux d’Itxassou. Des rondeurs, des teintes, des massifs compacts sur lesquels je me prélasse en pensée. Le point de départ de la diagonale. Son port.

Les cartons vont et viennent. Sur des palettes, à gerber. Le plastique se donne en spectacle. Un film ?!…En noir, mystérieux, en blanc ou transparent, un faux-air de transparence.

Ici, les gentianes culminent. Je regarde les sapins de loin, joli spectacle. Nous sommes en hauteur, j’apprécie cette situation. Mais…Les gentianes si hautes, annoncent des épisodes neigeux. Du coup, dans Pontarlier, le nez en l’air à scruter les retenues de neige sur les toits. « Y’a d’la pente, y’en a »… Les crochets à neige, garde-neige, les rails arrêts de neige. Je vais bientôt devenir un expert. Un dilemme s’offre à moi : aller vers les gentianes, ou monter sur les toits, tout en retenue. Finalement, je vais vers l’autre extrémité de la diagonale. Une fleur du Haut-Doubs.

https://jardinage.lemonde.fr/images/dossiers/2019-04/gentiana-jaune-173049.jpg

De quoi adoucir la diagonale avec la mondialisation, loin, très loin et si prés. Une belle ligne d’Ouest en Est, qui rapproche de la Suisse. Ailleurs d’autres diagonales, celle des Fous, dans l’Océan Indien, celle du vide, de la Meuse aux Landes. Toutes m’iront, pourvu qu’elles défient la géométrie. Sourire…

Agur

2 réflexions sur “Des hortensias aux gentianes

  1. Que j’aime cette douce poésie, la mélancolie chez toi s’enracine aussi bien dans le futur que dans le passé…promis je halterai chez toi quand je prendrai la diagonale vers chez mon fils ☺

    J'aime

Les commentaires sont fermés.