Velléité aérienne

IMG_20190809_173935

 

Et tout un aprés-midi du mois d’août. Ainsi. Loin de tous. Partis à la plage, ou vers les sommets.  Et, dans sa modeste condition de corde pour mât de drapeau. Une drisse. Une drisse permettant à l’ ikurrina de planer, là-haut au-dessus de tout. Un drapeau du Pays Basque, donc.

Si la drisse en pince pour le mât. Le mât s’en fout. Le mât l’ignore. Le mât d’aluminium. Vide dedans. Résistant, vigoureux, mais sans substance. Le mât, pas le genre d’individu à battre la chamade. Il aurait fallu avoir un cœur, pour cela. Mais, ici, il n’en est pas question. C’est plutôt la corde qui s’amourache, carrément. « Tac-tac-tac…. » on dirait un pic-vert qui toque. Mitraillage en règle. D’une amoureuse même pas éconduite. Une obstinée qui bute.

« Tac-tac-tac… ». Le vent s’en mêle. La danse de Saint-Guy reprend vie. La corde, même pas au cou du mât. Même pas. Le mât ne s’en rend pas compte. Il ne vibre pas, le mât.

« Tac-tac-tac… » L’après-midi. En agitation fébrile. En déconvenue rythmée. En butée dérisoire. Pour meubler la solitude des journées d’été. Dans des stades ignorés…

Agur

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s