Débats (1)

Ainsi donc nous voici entrés dans le temps des débats. Des maires d’abord, en Normandie, à Souillac, un passage par l’Indre, Bordeaux, ailleurs encore. Puis des jeunes en Bourgogne, enfin des intellectuels à l’Elysée, s’il vous plaît.

Des affluences. Un millier de jeunes âgés de quinze à vingt-cinq ans, six cents maires,…soixante-quatre intellectuels.

Le temps des débats s’éteint désormais.

Dans les différents compte-rendus de ces moments, inlassablement : l’endurance du locataire de l’Elysée, huit heures de débat, une performance !(?) Quand on ne loue pas sa capacité à répondre à chacun, chacune. Génial. Des gestes, des mains qui s’agitent, des doigts entrelacés. En bras de chemise, tiré à quatre épingles avec des boutons de manchette de la maison. Donc des débats, des paroles.

Un débat qui aurait certainement mérité d’aller au bout de la nuit, de la dépasser, fut celui du quinze mars 2019, achevé lui, à six heures quinze.

Par quarante-deux voix exprimées, sur quarante-cinq votants, vingt-sept votants ont approuvé la privatisation des Aéroports de Paris, de la Française des Jeux, d’Engie, la suppression des tarifs réglementés du gaz et la modification des seuils sociaux ( Loi Pacte).

Le débat n’est pas celui qu’on croit.

Agur