D’Amphibie au Pays Basque …

C’est l’époque des batraciens. Désormais nommés amphibiens. Amphibiens pour désigner des formes semi-aquatiques. Les crapauds stationnent ainsi sur la départementale : entre l’ air-con du prétentieux qui sait tout mieux que tout le monde et te regarde de haut, l’air ahuri de l’innocent qui découvre que l’asphalte ne glisse pas et que le trajet d’un bas-côté à l’autre est si long…Pour une issue souvent fatale. Certains font le dos rond, boules sur pattes qui passent entre les phares. Ouf !

D’autres baveux se répandent aussi. Des mollusques ceux-là. Des invertébrés hermaphrodites. Qui se trimbalent avec leur maison. Un peuple errant qui fait fi de l’os !

Tout cela donne l’impression d’une grande glissade. Toujours mieux qu’une solitude. Comme ils se déplacent à toute salive, je me figure un trajet sur lequel je glisserai aussi, sous l’effet de la sécrétion d’un liquide, ou bien carrément dans l’eau plate, salée, sucrée, gazeuse qui me porterait. Et ça fait un grand slurp…

Comme dans la chanson de Jacques Brel.  Sourire.

Agur

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s