Deux arbres abattus

Sur la départementale onze, cette fin de journée. Entre Mauléon-Licharre et Saint-Palais. Des montées, des descentes. Des pentes qui virent. Des virages qui grimpent. Un feu clignotant pour que les vaches traversent pour changer de parcelle. La voiture arrêtée, en face. Pas d’enfants sur lesquels veiller, vers ou en sortant de l’école. Non. Des bovins. La femme, bâton en main, discute avec l’automobiliste arrêté. Je … Continuer de lire Deux arbres abattus

RUPTURE

Mais dans quoi vivons-nous ? Dans un pays, la France, lui-même dans un ensemble, l’Europe. Avec nos meilleurs amis du monde, les Allemands, si ce n’est trois épisodes belliqueux, n’est-ce-pas ?!?… De temps en temps, nous jouons les redresseurs de torts : un coup sur les oreilles des Grecs, tirage des cheveux des Italiens, injonctions aux uns et aux autres, certainement assorties de menaces, à … Continuer de lire RUPTURE

DiMaggio, Monroe là-bas, ici…

Ce matin, lecture du quotidien « L’Equipe », à Saint-Palais. Les chevaux n’ont pas encore démarré leur journée. Les turfistes ont le bon tuyau. Je mettrai bien une pièce sur le neuf. Des verres de blanc, de rouge, de pétillant. L’eucharistie païenne, célébrée au PMU. Des commentaires sur les matches de rugby de la veille, et de ceux à venir. Je parcours le journal depuis la fin. … Continuer de lire DiMaggio, Monroe là-bas, ici…

« Joueur de blues…au Connemara »

C’est la course cycliste à Saint-Palais. Des hommes rouges, doudoune et casquette. Podium et structure gonflable, rapidement sur pieds. La journée démarre en fanfare, radio-phoniquement s’entend. Je me retrouve « joueur de blues », au lever. Joueur debout, de boue, de bouse, passe encore. A moins qu’il ne s’agisse d’ une mélancolique intonation. Oui, plutôt de ce côté-là, en fait. Quant à envisager un exil, fut-il au … Continuer de lire « Joueur de blues…au Connemara »

La fin douloureuse du parapluie

C’est la complainte du parapluie. Une vie passée à parer. Une ambition dévorante, qui conduit sûrement à la défaite. Celle du pare-brise, du paratonnerre, celle enfin du pare-soleil. Tous ces ustensiles qui se sont attaqués à des montagnes. Des astres, voire. Pour celui-ci, l’échec patent est retranscrit encore plus durement. Même pas enfoui dans sa sépulture. Même plus à l’abri des regards. Les barreaux ajoutent … Continuer de lire La fin douloureuse du parapluie

Ronde en Biscaye

Finalement les Anglais ont laminé les Irlandais. Pressés par une ligne blanche défensive, forte et rapide. Déstabilisés par du jeu au pied, dans leur dos, avec une pression « des gars qui suivent », comme on disait autrefois. Les verts ont sombré. Ils n’ont imposé ni leur rythme, ni leurs longues séquences, ni leurs passes courtes. Le « Molly Malone » a fait le plein. Un public, debout, assis. … Continuer de lire Ronde en Biscaye