Les plumes

Et ces limites qui nous « protègent ». Ces cloisons, ces portes, ces murs, ces parois. Ces bornes. Ces enclos. Des mouvements, des pensées, des paroles contenues. Avalées, tues. Des gestes retenus.

Et cette envie d’aller s’y frotter. D’aller les chercher. Ces limites. De les dépasser. Quitte à y laisser un peu de soi-même.

A la fin chacun choisira son camp. Celui des barrières hérissées de barbelés, de piques, de miradors. Celui de lambeaux, d’étoffe, de laine, de poils, de plumes, de chair. Accrochés, retenus.

Celui des portes qui contiennent l’espace et le mouvement, en le scandant, celui du mouvement encore, mais du côté de l’errance, de la fuite, de l’envie et de la quête d’Ailleurs.

Agur

 

 

btr