Voyage (2)

Gare Saint-Jean, toujours. Du monde. Beaucoup. Trois sièges dans le couloir. J’occupe celui du milieu. Mon voisin de gauche vient de partir. Un couple d’un âge respectable s’approche. La dame s’assied à ma droite. Le monsieur s’en va.

Il revient quelques minutes plus tard. S’assied donc sur le siège de gauche. Je  lui demande s’il veut que je me décale, lui permettant ainsi de se rapprocher de sa compagne. Il sourit. « Ça fait tellement longtemps, c’est mieux comme ça… ». Je continue ma lecture.

La dame nous a entendus, sans saisir ses paroles. Elle m’interroge du regard. Je ne dis rien. Elle me sourit. « Qu’est-ce-qu’il a dit ?…Je lui ai proposé ma place, dis-je…Oh, non, ça fait cinquante-cinq ans que je le vois alors, là ça me fait un petit changement. C’est très bien comme ça. Ne bougez pas, » finit-elle en riant.

Je partirai un peu plus tard les laissant, unis, avec un siège libre entre eux deux. Une distance ajustée. Sourire.

Agur