A genoux

L’image va faire le tour. Le buzz, comme on dit. Une position basse, de soumission. Ici des lycéens, face, ou plutôt contraints par les forces de l’ordre. « Fort avec les faibles ».

Le personnel politique, dont celui qui incarne le pouvoir dans ce pays, connaît cette posture. C’est celle adoptée, face à la monnaie unique, aux banques, aux laboratoires pharmaceutiques, aux grands groupes internationaux, aux représentants de pays plus puissants que le nôtre. « Faible avec les forts ».

Le ministre premier annonce ce samedi la présence d’engins blindés. Le discours du pouvoir fait état de personnes qui viendraient pour « casser et tuer ». Et c’est une nouvelle façon de générer des peurs, de tenter d’éviter les rassemblements. L’expression populaire. Le ministre du dedans parle de « honte et d’indignité »;  « Fort avec les faibles. »

Quelques semaines en arrière, le locataire de l’Elysée, fier comme Artaban, lançait :          « qu’ils viennent me chercher ! »…

Il faisait beau, en cette fin de juillet. Il devait se sentir fort, très fort à ce moment-là. Et maintenant ?

Agur

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s