Bide* movie ; Saint-Palais, Itxassou

De jolies départementales qu’on enfile en regardant devant et sur les côtés. Des moutons. Les plus nombreux. Épars, en grappes, guidés par un beltz*-ici le noir vaut des dizaines de blancs- des vaches, des chevaux. Par ordre décroissant de population. Les ovins sont accompagnés par des pâtres en quad, avec un casque de bicyclette -pour la version « enfants »- ou par un bipède qui marche devant. … Continuer de lire Bide* movie ; Saint-Palais, Itxassou

Voyage (3) ou « Des feuilles aux livres »…

    Non, les feuilles mortes ne se ramassent pas à la pelle. Désormais, c’est plutôt « souffler qui est jouer ». Souffler, entasser, verser dans des sacs destinés à cet effet. Du tri organisé, à Longjumeau et ailleurs. La collecte, avec des pointillés à ne pas dépasser. De feuilles trépassées qui ne joncheront plus… Plus loin, dans le square, un objet. Un appareil froid, lassé d’accueillir … Continuer de lire Voyage (3) ou « Des feuilles aux livres »…

Voyage (2)

Gare Saint-Jean, toujours. Du monde. Beaucoup. Trois sièges dans le couloir. J’occupe celui du milieu. Mon voisin de gauche vient de partir. Un couple d’un âge respectable s’approche. La dame s’assied à ma droite. Le monsieur s’en va. Il revient quelques minutes plus tard. S’assied donc sur le siège de gauche. Je  lui demande s’il veut que je me décale, lui permettant ainsi de se … Continuer de lire Voyage (2)

Voyage

Gare Bordeaux Saint-Jean. Un espace dédié à la détente. Une exposition photo avec Jack London. Plus exactement intitulée « Jack London dans les mers du Sud ». Tout un programme. Des sièges hauts, des chaises prévues pour se poser et apprécier. Un détail ; le mobilier est fixé au sol. Un regard circulaire sur les photos en noir et blanc. Les personnes scotchées dans la salle. L’air … Continuer de lire Voyage

Après l’entretien de Raphaël Enthoven dans la presse quotidienne régionale

Question :  « N’a-t-on pas assisté à un dialogue de sourds ? Au choc entre deux surdités ? Réponse :  « Face-à-face deux surdités en chiens de faïence ! D’un côté, le pouvoir dont la surdité consiste à répondre froidement par la technique à ce qui relève d’un cri du cœur. Ce qui est viscéral est irréfutable. En se situant sur un terrain technique, le pouvoir s’expose … Continuer de lire Après l’entretien de Raphaël Enthoven dans la presse quotidienne régionale

La violence de la vérité

Quelques jours plus loin. Un attentat à Strasbourg. Des victimes, des morts. Un assassin en fuite. Le porte-parole du gouvernement, omniprésent actuellement. Ce matin, à la télévision. “Je leur dis : il y a de la colère qui s’est exprimée, elle a été entendue, nous y avons répondu. Alors ce que nous vous demandons, c’est, en responsabilité, d’être raisonnables samedi, de ne pas aller manifester”. … Continuer de lire La violence de la vérité

La vérité de la violence

Une séquence violente. Une de plus. Un moment pré-fabriqué, mettant en scène le locataire de l’Elysée. Homme-tronc. Figé dans sa posture. Avants-bras, mains posées sur le bureau. A plat. Un monologue court. Les yeux sur le prompteur. Très peu d’humains dans la pièce. Le moins possible. Un exercice quasi-solitaire, quand l’orateur est censé s’adresser à des millions de personnes. L’intransigeance, face aux violences provoquées. La … Continuer de lire La vérité de la violence

Samedi 15 décembre

J’aimerais pas vivre ce samedi, comme le précédent. « Scotché » au téléviseur. Avec une chaîne d’information en continu. Un canal de confiscation. Confiscation de la parole, de la revendication, du spontané, du vivant. Des témoins professionnels qui photographient, tendent les micros, filment. D’ autres témoins professionnels qui filment ceux qui filment. Des caméras installées en hauteur. Comme pour des retransmissions d’événements sportifs. Du travail bien fait. … Continuer de lire Samedi 15 décembre

« …mais le silence d’or »

Le porte-parole du gouvernement. Une mine de talents, à lui tout seul. Il est « sûr que le président de la République saura retrouver le chemin du cœur des Français, les toucher au cœur et parler à leur cœur ».  Comment peut-on dire de telles choses ? Nous prendre par les sentiments, comme un bonimenteur. Quel manque de respect, de pudeur. Une violence supplémentaire. Heureusement, le cœur n’est … Continuer de lire « …mais le silence d’or »

A genoux

L’image va faire le tour. Le buzz, comme on dit. Une position basse, de soumission. Ici des lycéens, face, ou plutôt contraints par les forces de l’ordre. « Fort avec les faibles ». Le personnel politique, dont celui qui incarne le pouvoir dans ce pays, connaît cette posture. C’est celle adoptée, face à la monnaie unique, aux banques, aux laboratoires pharmaceutiques, aux grands groupes internationaux, aux représentants … Continuer de lire A genoux