Uhart-Mixe vers Uhart-Cize

Sur la départementale 933. D’un Uhart- étymologiquement « entre les eaux »- à l’autre. Des pays, à l’intérieur de la Basse-Navarre. De Mixe, « capitale » Saint-Palais et de Cize, « capitale » Donibane Garazi. Une belle route. Des troupeaux rassemblés, les vaches qui donneront de la viande sur la hauteur. Les moutons en conciliabule à Uhart-Mixe.

En dépassant le village, le cimetière parfaitement délimité. La haie, ici, n’est pas celle d’un bocage. Elle est l’expression de la main de l’homme. Un mur sur les quatre côtés. Une haute croix avec un Christ. Pour peser encore davantage sur la terre des morts. Les préserver ou les empêcher ?

Dans le défilé, entre ombre et soleil. Des manech à tête noire. L’un derrière l’autre. Un trio qui va son pas. Ce n’est pas tout à fait l’heure de l’apéritif. Certainement pas le moment de se hâter. L’automne s’étire lentement. L’hiver se fait encore discret. Visiblement pas pressé d’entrer en scène. Les auberges de Garazi n’ont pas encore pris  leur quartier de fin d’année. L’occasion de prendre un café, aprés avoir apprécié les photographies au-dessus de la Nivelle.

Un anniversaire. Celui de l’inscription du Chemin de Saint-Jacques au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Vingt ans. « Marchons, mar… »

Agur