Tombé de haut

Il est tombé. Au sol. Emporté dans des gravats épars puis rassemblés dans une benne quelconque. Une vie, et puis sa conclusion. Une fin de plongeoir. Un qui avait l’habitude de regarder les choses et les gens d’en haut. Comme une rampe de lancement pour décoller. Pour aller plus haut, avant d’entrer dans l’eau.

Le plongeoir de la piscine de Saint-Palais ne verra pas 2019. C’est une année funeste pour lui. Un sort  scellé, qui l’a descellé. Déstabilisé, écroulé dans l’anonymat d’une fin d’été cruelle. L’illusion entretenue encore, alors que la piscine était fermée, enserrée pour des travaux qui ont débuté lors du premier mois en -bre.

Sera-t-il remplacé ? Je ne sais. J’imagine la douleur, pour celui qui déchoit. Tombe de haut et ne verra plus jamais l’eau. Tant de personnes rêvent pourtant d’avoir les pieds au sec. Oui, mais voilà. Un plongeoir de cette trempe, parti, les pieds devant, ça fait une drôle d’impression.

Agur