Vieillir deux fois

Elle se penche vers lui. Descend doucement pour lui lacer sa chaussure droite. Il est assis sur un banc. Fatigué, las du voyage de la Vie. Sa veste de laine blanche, ses cheveux blancs également sur la partie postérieure du crâne. Elle se redresse, continue de lui parler. Il répond. Sans plus faire l’effort de lever la tête. Le regard à hauteur de l’horizon que … Continuer de lire Vieillir deux fois

Pharmacité et derby

  Lu à Biarritz, ce jour, devant une pharmacie. S’agit-il d’une annonce de circonstance, dans cette époque de suprématie locale à assumer, dés demain, dans le derby Biarritz/ Bayonne ? ! Côté des perdants, nul besoin de se rendre à la pharmacie et encore moins de médicament. La défaite sera la raison du mal. La déprime s’estompera donc, avec la prochaine victoire. Agur Continuer de lire Pharmacité et derby

Le platane

  Il est une invitation. Une terrasse. Un lieu ombragé. L’établissement éponyme qui jouit de sa présence doit embrasser ses racines, chaque jour. Il fait la douceur et la fraîcheur, le platane. Il surpasse les vibrations et le bruit des gros camions ou des engins agricoles traversant Saint-Palais. Il est un havre. Un véritable havre de paix. Une pause-déjeuner comme on dit maintenant, et un … Continuer de lire Le platane

Automne proche à Saint- Palais

Ils figurent des peuples. Des populations, ce que certains nomment « les gens ». Ils vont, sur des parcelles qui leurs sont dévolues. Chacun a connu son heure de gloire. Les tournesols, fiers, et désormais tristes. Piteux. La récolte toute proche. Un peuple en déshérence, droit, les cervicales qui ne supportent plus la fleur. Quelques camps, quelques champs, de créatures qui ont cessé de briller, de défier … Continuer de lire Automne proche à Saint- Palais

Souffleuse et coquille

Saint- Palais. Les chemins de Saint-Jacques qui se rejoignent. Le bel espace, le très bel espace « Chemins Bideak ». Au commencement de la route de Gibraltar. Toute une incitation en un mot. Une destination. De nouveaux horizons. La souffleuse sévit, ce matin encore. Faut dire que l’esthétique est conforme à celle des pèlerins. Un équipement, comme un sac à dos, un voyage Place du Général de … Continuer de lire Souffleuse et coquille

J’écris pas peu…

Faut pas croire. J’écris. Oui. Mais je montre pas tout. Sinon, on va me piquer mes mots. Et là…Donc j’écris caché. J’écris couché. J’écris assis. J’écris. Pas avec une craie qui crisse. Et provoque des frissons, comme si l’on m’ôtait l’épiderme. J’écris. Sans encre. Sans ratures. Je ne vaux même plus quelque gifle perdue, lorsqu’à ces surcharges s’ajoutaient des tâches d’encre. Ces gifles, qui venaient … Continuer de lire J’écris pas peu…

Sommeil. Sommeil. SOMMEIL…

Sur une chaîne de radio nationale. Les questions de Nicolas Demorand qui appuie sur des syllabes, comme un commentateur sportif. Une mode pénible de plus. Des questions à Stanislas Dehaene; chercheur en neurosciences cognitives. Pour un peu, on oublierait l’essentiel. Immédiatement évoqué par le chercheur. Les enfants doivent dormir. Les humains doivent dormir. Leur cerveau en a fondamentalement besoin. Pour être « meilleur ». Pour continuer de … Continuer de lire Sommeil. Sommeil. SOMMEIL…

Les escaliers (2)

Une quête de patience. Des rencontres avec des dames « d’un certain âge ». Des personnes qui appréciaient sa compagnie, son sourire gracieux, son respect des convenances, son élégance. Tenir la porte, en attendant le passage. Offrir l’abri du parapluie, son bras pour cheminer voire. Mais très rarement. S’enquérir de la santé de quelques voisines, proposer de rapporter quelques produits frais du marché. Mais à dose homéopathique. … Continuer de lire Les escaliers (2)

Les escaliers (1)

Comment c’était venu ?…Oui, comment ? Presque naturellement en fait. Au gré des habitations. Le bonheur des immeubles, du collectif. Une tendance à se donner un peu de peine, aussi. Des pas à accomplir, un peu de phobie dans l’ascenseur. Une autre envie de découvrir le monde. Une tendance à fureter. L’utilisation de la cage d’escalier. Une vraie aubaine. Des odeurs, des cris parfois, des … Continuer de lire Les escaliers (1)

Premier mois en « -bre »

C’est parti. Une rentrée scolaire. A faire. Avec un cartable, que l’on ne nomme plus ainsi. Des affaires, belles, neuves. Des listes dont les parents s’emparent, pour rentrer, eux aussi, dés août, en supermarché. Une rentrée scolaire que je ne voudrais pas faire. Plus tard, sans doute, quand mes mains trembleront, et que mes cannes maigrichonnes me supporteront capricieusement, y repenserai-je avec le sourire…Plus tard. … Continuer de lire Premier mois en « -bre »