Le centre commercial

La côte Basque peut s’enorgueillir d’un  centre commercial. Grand. Très grand. Avec des marques. Des objets, des vêtements. Des choses à acheter. Beaucoup. De quoi se nourrir, pas jusqu’à se goberger, mais pas loin…

Néanmoins, la culture n’est pas oubliée. Loin de là. Au contraire, même. Témoin ce toro ceint d’une écharpe aux couleurs de la monarchie espagnole. Un toro en plastique, sur un parterre de charcuterie. Des charcuteries suspendues, même, comme des guirlandes. Des saucissons, ou quel qu’autre appellation. Des nourritures, dont on sait clairement qu’elles sont confectionnées avec du…porc.

Le taureau, dans l’entrée du magasin, entre les draps, les housses de couette et le rosé. Le rosé, en promotion, bien sûr, frais et aromatisé, évidemment. Le rosé, parce  que c’est l’été. L’été, on boit du rosé. C’est ce que dit le supermarché.

 

Après le football, les tribulations de l’Elysée, l’on mesure son bonheur. Une incomparable amélioration de sa condition. Passer de « dindon de la farce », à « taureau du cochon », mais sans jamais ignorer le statut de « cochon de payant ».

Agur
bty