Portugal (4)

btyUne exposition, lors d’une visite au musée. El Centro Cultural de Belem. Au moins, les bébés n’échapperont pas à leur destin. Rien ne dépasse. La protection des petits êtres parfaitement assurée…Juste peut-être une balancelle et un morceau de seiche. Ou autre chose. Un carré de crème chocolatée à plus de cinquante-cinq pour cent de sucre.

Chouette, non ?!…

 

 

 

Une impression, fugitive, qui repose sur une observation minuscule, mais…Beaucoup de personnes chargées du nettoyage sont « noires ». Est-ce le métier, le secteur d’activité qui transforme ainsi les humains qui s’y emploient ?!…

 

 

 

A priori, je n’ai pas pensé au voyage en bateau. A moins que. J’en parlerais bien volontiers avec Ulysse. Le seul qui ait une expérience crédible, à mon sens. Un voyage, un beau et long voyage jusqu’à très loin. Et tant pis si les jolies créatures ne chantent pas. D’autant que je n’ai pas envie d’être attaché au mât. Ni ailleurs. Une sirène. Pas la petite d’Andersen, sans rêve de vie éternelle, sans philtre, ni grand-mère qui sait…Non, une vraie sirène. Dans l’Océan Indien, à priori. Sirène, Indien, c’est ma géographie qui en prend un coup. Une illusion. Joli programme, l’illusion.

Entre « une forme d’hallucination qui utiliserait comme matériau quelques éléments du réel » et « une croyance ou conception erronée procédant d’un jugement ou d’un raisonnement faux dû à l’ignorance ou à l’imagination »…

bty

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

btyUne immense mosaïque sur le sol, prés du Padrao dos Descobrimentos. L’air, le vent symbolisés d’une métaphorique façon. Sourcils froncés, en accent circonflexe, joues rebondies, crinière en arrière. L’air du large. Un souffle qui indique la Tasmanie sur la rose-des-vents. Idée de destination. Le vent me portera.