Après le match Bayonne-Montauban…

Quelque part au Pays Basque. La télévision d’information(?) continue, déblatère. Les clients, au comptoir, lui tournent le dos. Des cafés, un demi. C’est encore tôt le matin. Avant neuf heures.  La serveuse échange quelques banalités avec deux habitués, dont l’un est plutôt « lourdaud ». Le quotidien.

La livraison de boissons, donne lieu à cet échange :

« -Ça y est, ils se sont réveillés…

-Ah, oui, t’étais au match ?…

-En loge, avec…Ils se sont réveillés, devant. Ah oui…

-S’il sont aussi vaillants, chaque fois qu’il pleut, on va leur mettre de l’eau… »

Sourires. Puis la conversation reprend son tour sérieux.

« -Bah, faut dire que Montauban avait des types des Îles et quand il pleut…Ils sont pas habitués. »

Effectivement, cet argument clôt la conversation. Fallait y penser. C’est dommage que les stratèges n’évoluent pas au-delà de quelques comptoirs, par ailleurs bien fréquentés.

Les « All Blacks » ;  des gars des Îles, aussi. Donc, on organise un match contre eux…quand il pleut. Et hop !

Les matches en pluie, pour tous ceux des Îles. Ceux du continent, on les jouera plutôt au Sahara, ou dans le désert de Gobie. Parce que ceux du continent, ils ne sont pas habitués à la chaleur. Faudra y penser lors de France 2023.

Agur