L’impôrapluie…

Le pire est certain.

Ils sont en manque d’idées. Ils choisissent des choses compliquées. Taxer les téléphones, les ordinateurs, les écrans mobiles.  Et quand ils s’éloignent de leur axiome de base…Ils déclinent. L’axiome de base ?!  « Il faut prendre l’argent là ou il se trouve, chez les pauvres. D’accord ils n’en ont pas beaucoup, mais ils sont si nombreux. » Ces braves gouvernants. Ils essaient de diminuer leurs dépenses, en créant des recettes. C’est très bien. Ils sont dans leur rôle. Vous riez, mettez-vous un peu à leur place (!!!)…

Moi, je compatis. Vraiment. D’ailleurs, je viens d’avoir une idée d’impôt nouveau, simple, égalitaire. E-vi-dent. Je l’appelle « impôrapluie ». Comment continuer d’ignorer plus longtemps tous ces quidams, sur le trottoir, équipés de parapluie ? Les tenants du parapluie, encombrent les trottoirs. Rendent désormais la circulation, dangereuse. Les tenants du parapluie encombrent les porte-parpluies. Sans compter, ceux qui les laissent ouverts, à l’intérieur, un comble, non ?!…

L’idée des taxes sur les logements, les terrains, les voitures, le carburant, les bijoux, les montres, les allumettes, l’alcool, la viande, le poisson, le pain « dont-on dit qu’il est bon, de surcroît?!!!!-le vin, le fromage, les vélos, les frigos, les polos… « Ça eut payé ».

Le pire n’est pas toujours certain.

Parce qu’ils n’osent pas. Enfin, pas vraiment. Moi, de toute façon, je suis « pour ». Et je ne pense pas être seul. Si l’on peut, tout à la fois, soulager les riches en les débarrassant d’impôt inique sur leur soi-disant « fortune », et promulguer un impôt rentable, juste et utile, supplémentaire pour les masses. Allons-y ! Quoi de plus facile en effet. Majorons de deux euros le prix d’un parapluie. Cet impôt totalement justifié, touchant et sympathique, ne fera que des heureux. En Euskadi, ou en Nouvelle Aquitaine, nos élus pourront profiter ainsi d’une manne totalement justifiée.  2018 sera une belle année, et si votre humble serviteur pouvait d’une  quelconque manière y participer ; ce serait avec grand plaisir !

Agur