Vieux vœux pieux, vœux pieux de vieux, vieux pieux sans vœux…

Tout ce petit peuple, en train de s’affairer sur son portable « ça ne passe pas… », un sourire en coin, rassuré sur sur appartenance au monde, une moue en découvrant certains messages. Ce soir, je vais éviter cela. Je vais quitter ces gens dont je fais partie, pour ne les retrouver que l’an prochain !

Je tiens à m’éviter ces messages uniques, diffusés en autant exemplaires que de contacts, ces écritures de « discount » ou il est question d’étoiles, de soleils et de bons sentiments qui dégoulinent.

Je souhaite une très belle année 2018, à tous. Sans exception. Parce que le malheur, je n’y crois pas. Encore moins pour les autres. J’aurai cependant quelques attentions particulières. Quelques placages dévastateurs, qui vous laissent tutoyer la loi de la pesanteur, pour quelques irresponsables politiques idiots. Je ne les nommerai pas. Ils sont tellement connus.

Du courage, oui du courage, pour les quelques milliardaires français qui, charmés par leurs homologues américains, voulaient payer plus d’impôts. C’est le moment de le réaffirmer haut et fort. Du courage, oui, parce qu’à ce moment, la question, le dilemme plutôt dont vous ne sortirez pas indemnes, c’est :

EN AVOIR OU PAS

Tous mes vœux donc, en particulier à :

Jean-Paul Agon, PDG de L’Oréal ; Liliane Bettencourt, actionnaire de L’Oréal ; Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement ; Denis Hennequin, PDG d’Accor ; Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac ; Maurice Lévy, PDG de Publicis ; Christophe de Margerie, PDG de Total ;  Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale ; Claude Perdriel, président du conseil de surveillance du Nouvel Observateur ; Jean Peyrelevade, président de Leonardo & Co France ; Franck Riboud, PDG de Danone ; Stéphane Richard, PDG d’Orange ; Louis Schweitzer, président de Volvo et d’AstraZeneca ; Marc Simoncini, président de Meetic, fondateur de Jaïna Capital ; Jean-Cyril Spinetta, président d’Air France-KLM, président du conseil de surveillance d’Areva ; Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot Citroën.

De cette liste, ne figure plus Liliane Bettencourt. Je ne sais pas si les autres sont encore en poste. Quoiqu’il en soit, mesdames, messieurs, vous avez la parole.

Merci de faire en sorte que votre apostrophe rencontre un écho véritable. Merci de votre engagement, pour que ceux de peu, au prétexte qu’ils sont plus nombreux ne soient pas systématiquement sollicités. Bonne année 2018 !