Savoureuse soucoupe

bty

Une soucoupe. Une attirante soucoupe. Des créatures longilignes qui ne sortent jamais seules. De pâte pâle. Pour un dernier bain. Dans l’huile. Je regarde le coupeur de churros. Un mouvement du poignet. Travaillé, mais sans…fioritures. Le bain est saisissant. L’huile demeure impassible. Même pas frémissante. Tout juste un léger « tschhht »…Si léger.

Un cornet plus loin, avec du sucre, bien sûr. Ici, pas de précaution ridicule. Pas de passage par un papier absorbant. Pas de halte pour peser moins. Enlever des calories. D’ailleurs, quel corps supporterait une vie sans lipides ?!

Alors des churros chauds. Sans plus de chichis. Du vrai, de l’authentique. Si les hanches doivent s’arrondir, aller vers une forme évasée-que l’on apprécie tant chez les abats-jours par exemple- qu’elles vivent leur destin. Les mains aiment autant se raccrocher à un confort gourmand. « Laisse mes mains sur tes hanches » chantait Adamo…

Sourire.

Agur