Les maux (2)

Ce jour est un moment décisif.  Un pas supplémentaire. Pensé. Une journée de réflexion. Avec, au bout de l’après-midi, le plaisir de l’avancée dans le projet. Les obstacles écartés, les faux prétextes rejetés. Tant d’artifices qui m’encombraient jusque lors.

C’est la concrétisation traduite en une fierté nouvelle. Enfin. Je coupe l’électricité. Un temps de plaisir, de jouissance . Après avoir appuyé sur le bouton du disjoncteur, j’enlève tranquillement chaque fusible. Je demeure un temps, assis sur le fauteuil du séjour, la main fermée avec ces cartouches d’énergie, enserrées par ma paume et mes doigts.  Cette lucidité qui m’habite, cette détermination subliment le défi. Et puis cet élan pour aller plus loin encore. Pour emporter, m’emporter, rejeter ces fusibles dérisoires, s’en séparer. Dans la poubelle. Disparus.

Comme des pas qui s’effacent. Plus moyen de faire le chemin à l’envers. Avancer. Avancer. Comme un leit-motiv. Bien sûr les conséquences. Bien sûr.

Prévues et anticipées ; jusqu’à un certain délai…La lumière qui s’en va, l’eau qui va demeurer froide, la conservation des aliments réduite à quelques heures. Les nouvelles du Monde qui ne franchiront pas le seuil de la porte d’entrée. La propagande va rester à l’Extérieur. L’obscurité, tempérée par des bougies autorisées encore. Une bouteille de gaz qui permettra du chaud, du cuit, du bouilli,  pendant quelques semaines. Du confort à refuser, dépasser. Certainement une prochaine étape à appréhender…

Il est dix-sept heures. Le gris perce par endroits, comme les stores demeurent encore complices du dehors. Un dérisoire filet, depuis le séjour. Mes yeux apprivoisent petit à petit l’obscurité, le sombre. Le silence s’installe durablement, seulement troublé par des voisins ignorants. Je m’endors pour quelques instants.

 

 

2 réflexions sur “Les maux (2)

Les commentaires sont fermés.