Les maux (1)

Je viens pourtant d’aller vérifier. Deux fois. J’ai tourné plusieurs fois la clef . Quatre fois. Je ne peux pas davantage. Les volets sont baissés. Tous. Je vérifie là aussi. Je les remonte même pour les rabaisser un peu plus fermement. Les ouvertures pour l’aération sont obturées. Un ruban adhésif double face, orne désormais chaque encadrement. Bien sûr les fenêtres. Vérifiées là encore. Je passe ma main consciencieusement, l’air est imperceptible. C’est un premier motif de soulagement.

Quelques idées arrivent quand même. Et des bruits, des couleurs et des odeurs de l’extérieur. Quelques visages. De beaux visages. Des sourires, des cheveux, des parfums…Mais c’est plus supportable, désormais. En une semaine, beaucoup de progrès ont été accomplis. D’abord ce désir enfin concrétisé de ne plus sortir. De ne plus aller vers l’au-delà. Une barre de seuil qui marque une frontière. Une limite désormais infranchissable. Et en quelques jours, cette volonté grandissante de fortifier cette limite. De la protéger, de la rendre infranchissable, pour aller au bout de cet exaltant voyage. Un tête à tête. Un face à face avec moi-même. Une descente à l’intérieur. A l’abri des regards. Rien que d’en parler, j’en frissonne d’aise. C’est un périple à venir. Pour l’instant, il se prépare. Oui, c’est ça, des préparatifs. L’isolation : première condition à réaliser, prend place. La température a l’air de monter, du coup. Du moins une sensation de chaud. De moiteur. Malgré la saison. Chaque jour, ce besoin, cet objectif, cette marche en avant se concrétise davantage. Etre ainsi accaparé par la rupture, la construire et la mettre en oeuvre au quotidien ; quel beau projet, n’est-ce-pas ?…

2 réflexions sur “Les maux (1)

Les commentaires sont fermés.