Fin d’Octobre

 

 

bty

 

Ultime dimanche d’Octobre. Des voitures, des files de voitures garées sur le bord de la chaussée. Depuis Dancharia, déjà, des parkings bondés. Des achats de bouche, avant d’aller visiter ceux qui nous manquent (ou pas), retournés à la Terre. Un doux automne qui se prolonge, sinon en ripaille, du moins en déjeuner prolongé, d’apéritif, jusqu’à la case « digestif ». Du piment, des tablées, des convives  jusqu’à tard dans l’après-midi. Des repas qui vous retiennent à table. Des postures assises sans portable, sans manières ; une vraie opportunité de se parler, de se rapprocher. L’alcool qui arrondit les angles, ou qui les aiguisent, c’est selon.

Un dimanche de quiétude, avant les chrysanthèmes. Peut-être un vrai temps de Toussaint à venir, avec de la pluie, pour précipiter les visites aux cimetières. Exacerber les files de voiture, encore, qui ne manqueront pas de s’approcher jusqu’au plus prés possible- en espérant que les lieux de fin, se transforment un jour en « drive » d’où l’on pourrait rapidement saluer ou évoquer, sans même descendre du véhicule.

Moi, je n’irai pas. Ma mémoire conserve le meilleur ou le plus tendre, des moments d’avant.  Des sourires, des dires et des mots. Des objets conservés qui perpétuent. Ceux qui ne sont plus m’accompagnent. Ils peuplent mon univers, sont une indication et une direction sur mon chemin. Hoy, mas que nunca. De Mieres, de Cabanes,  de Navarra…

Animo padres !