Le son (1)

Curieux. Ce matin cela marchait encore. Pas un long moment, pas de grandes phrases, mais oui, cela allait. Au lever, en s’encourageant au moment de débuter quelques mouvements de culture physique. Du gainage pour se penser dur et ferme. Armé. La radio en fond sonore. L’eau qui bout, le sifflement. Une première préparation. Les matins de Guillaume Erner, qu’il avait fait siens. Assis sur la chaise, dans la cuisine, regardant distraitement par la fenêtre. Soupirant devant l’obscurité demeurant encore. Le jour qui prend son temps. Sûr de sa position, de sa force.

Et puis, au moment de réagir en écoutant ce commentaire qui ne lui plaisait pas…Plus rien. Pas d’émission. Un, des mouvements de la mâchoire, la bouche ouverte, la langue positionnée. Mais pas de son. Instinctivement, il passa sa main sur sa gorge. Tout était en place. Un regard dans le miroir de l’entrée, tout avait l’air normal. Pas de tâche sur le corps, pas de signe apparent. Il faisait face à son image, dans son peignoir défait. Une vision en trois parties, comme un triptyque. Une épaule recouverte, une bande découverte passant par le plexus, le nombril, le pubis, l’autre épaule également couverte.  Les pensées semblaient bien ordonnées. Se doucher, se raser. Une curieuse façon de commencer sa période de congés. Mais il continuait de communiquer avec lui-même, il avait les idées parfaitement claires. Il irait prendre son café, ses cafés, avec le journal, comme il l’avait décidé…