Humeurs Bayonnaises

Jusqu’au dimanche, ça m’a duré. Les  supporters grévistes de Jean Dauger. Des soutiens qui s’effacent, se dérobent. Une humeur manifeste, dont les manifestations m’agacent. Comme s’il n’y avait pas moyen de râler ou de maugréer, en ce début d’automne.

Avec le gâteau basque-dont c’est bientôt la Fête-décliné maintenant versus cacao, pourquoi pas ?!…

Et ces gammes, sans cesse « inventées » :  des cannelés du Pays Basque, bien sûr- estampillés Euskadi, et allons-y ! des macarons colorés, surtout jolis à…regarder !!!

Des glaces au fromage, d’ici, en attendant les glaces au pâté, puis au chorizo, que l’on savourera, entre deux tranches de pain de mie sans bordure. Et cerise sur le fromage, je vous annonce, à venir, le jambon de Bayonne, fabriqué surtout ailleurs, avec zéro pour cent de matière grasse.

Une proposition gratuite, en passant, d’un authentique produit allégé ; « les churros ». Lassés d’un bain velouté dans un épais chocolat, ils iront se baigner dans un kalimotxo- sain breuvage s’il en fût!?!? Préalablement, ils auront été farcis d’aubergines, de viande hachée, tant d’autres possibilités dont se saisiront nos artisans du goût. Assurément.

Avant d’aller faire mon footing sur le chemin de Halage en chantant l’hymne de la Péna Baiona, un vœu, pas forcément pieux, du reste. Que les détaillants de churros, daignent commercialiser leurs produits par six. Soit une demi-douzaine. Il fait beau. Un magnifique dimanche. Une promenade et une baignade plus loin, je succomberais bien à cette menue portion. Sans de mon apparence, m’inquiéter.

Allez, allez !