« Partir, partir… »

 

DSC_0131

Ils s’en vont. Quel soulagement, n’est-ce-pas ? C’est tellement mieux quand ils vont et quittent les lieux . Des blocs de béton, spécialement conçus pour les empêcher de passer, de s’installer. Des blocs de béton, de toutes formes. Un vrai créneau pour les « concepteurs » en mal de « cage à poules ». Une aubaine.

Bientôt une start-up de blocs de béton, livrables dans le quart d’heure. Partout en Europe. Carrément balargués par drones intelligents. Le progrès !

Un plaisir décuplé à les voir déguerpir. Comme les fantômes des saltimbanques  » Sans Famille », pourtant décrits avec bienveillance par Hector Malot, mais qu’il convient de pourchasser.

« Les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux… » C’est bien connu.

 

 

« Partir, partir… », façon chantée, selon Julien Clerc. 

Depuis l’enfance
Je suis toujours en partance
Je vais je vis
Contre le cours de ma vie
Partir partir
On a toujours
Un bateau dans le cœur
Un avion qui s’envole
Pour ailleurs
Mais on n’est pas à l’heure
Partir partir
Même loin de quelqu’un
Ou de quelqu’une
Même pas pour aller chercher fortune
Oh partir sans rien dire
Vivre en s’en allant
Et en s’envolant
Et les gens l’argent
Seraient du vent
Mais c’est vrai le temps
Nous prend trop de temps.
Partir partir
Même loin loin de la région du cœur
N’importe où la peau
Change de couleur
Partir avant qu’on meure
Partir partir
Comme les trains sont bleus
Quand on y pense
Et les bateaux heureux
Quand on y danse
Oh partir sans rien dire
Mais c’est vrai le temps
Nous prend trop de temps
Et on n’appareille
Pour aucun soleil
Et pendant

 

 

« Partir, partir », en étymologie et compagnie…

PARTIR :  A. − Vx ou littér., rare (avec valeur archaïsante). Partager, diviser en parties. Il me semblait indigne, d’ailleurs, de partir mon ambition entre le souci d’un effet à produire sur les autres, et la passion de me connaître et reconnaître tel que j’étais (Valéry,Soirée avec M. Teste,1895, p.8).

http://www.cnrtl.fr/definition/partir