« Faire un tour »…

Je ne sais pas si c’est la proximité du Tour de France, mais ici, c’est l’expression en vogue. Depuis les Cinq-Cantons, à Anglet, jusqu’au marché du Quintaou, on entend : « on va faire un tour », « j’irai faire un tour »…Certains avancent un jour ; des « réfléchis », sans aucun doute, des « organisés », des qui doivent faire-des-listes et planifier, sûrement ?!…
Les Fêtes de Bayonne débutent mercredi, tant de « tours » et de contours à faire encore, de par les rues d’Espagne, Poissonnerie ou l’artère des Gouverneurs- qui passe son temps à se refaire une beauté, ou à réaliser des investissements immobiliers. Des ravalements pour rester belle.
La rue des Gouverneurs ; peut-être un symbole dans Bayonne, depuis les pavés, le célèbre marchand de tissus, le chauffagiste, l’horloger auquel a succédé une épicerie fine. « L’étape », l’ancêtre d’Atherbea, la banque, l’école de musique, le célèbre cours privé, -fleuron de l’époque des dactylos- la pâtisserie qui demeure toujours une pâtisserie, elle.
La rue des Gouverneurs est donc en chantier, il conviendra de faire un choix. Soit d’aller par la rue Orbe, et remonter par la rue de la Monnaie, vers la Cathédrale, la rue Poissonnerie, la place Pasteur, la  rue d’Espagne, la rue de Luc vers la place Montaut, soit aller par la rue des Gouverneurs.
Les Gouverneurs ne sont jamais loin de la Monnaie. Il ne s’agit pour eux que d’un « petit tour », pour aller d’une artère à l’autre.