Les lunettes de soleil

Les lunettes de soleil sont l’ indicateur majeur du moment. Oui !  Nous sommes en été ;  il fait beau…euh, non, il est censé faire beau, mais soit il fait très chaud, soit des nuages, de la brume, un ciel à étages :  cinquante mille nuances de gris, de crayeux et de blanc. Parfois des éclairs de génie, avec un halo de lumière, dans la grisaille ambiante. Une portion d’océan, illuminée, comme dans un rêve fugace.

Mais, cet été,  le soleil n’est pas constant.  Alors brièvement, il passe sa tête et nous darde, l’espace de quelques instants. Donc lunettes de soleil ! Et vite, de surcroît. Puis un peu plus loin, nous sommes dans la peau d’un joueur de poker, qui ne veut pas laisser transparaître son humeur, ou d’un sportif absorbé par son effort, dans une obscurité peut-être apaisante…Ou une habitude, une manie. Comme ce coureur du Tour de France qui démarre avec les lunettes de soleil, qu’il va garder dans des arrivées au sommet sous la grêle ou la neige.

Mais n’est pas coureur du Tour de France qui veut. Alors, la grisaille revenue, je retire mes lunettes de soleil, pour mettre mes lunettes de vue. Comme c’est une scène qui m’occupe à peu prés soixante-quatre fois dans la journée, vous comprendrez aisément que les changements de montures deviennent saccadés, voire heurtés. Irritants au final. Comme ce mois de Juillet, qui a pourtant tellement à donner. Pourvu de trente et un jours qui devraient nous inspirer la plage et le sable chaud. Les glaces, les churros ou les bières, peu importe, avec …les lunettes du soleil. Sur le nez, toute la journée, non mais !!!