« Novembre sera déf…déterminant »

Le président de la Fédération Française de Rugby, sur les plateaux de « Stade 2 », ce dimanche soir. Il était en survêtement, il y a un an à peine. Oui, et alors ?!

Cela constituerait une chance pour le staff de l’équipe de France de Rugby qui fait des choix, qu’il n’aurait pas fait, lui . Ah bon ?!

Une tournée d’été calamiteuse, en Afrique du Sud, une régression amorcée depuis plusieurs années. Et fi d’un travail sur du moyen terme, de projet construit, ou à élaborer avec d’autres. Retour de manivelle vers :

-un pragmatisme élevé au rang suprême sur la foi de : défense, discipline, conquête, jeu au pied, cellules de trois joueurs avec des « chars d’assaut » dans toutes les lignes. Un pragmatisme conçu avec de l’argent, beaucoup. Un recrutement de joueurs expérimentés, forts dans le défi, agressifs. Des joueurs venus de tous horizons, formés et titrés dans leurs pays respectifs. Bref, du « pré-fabriqué », déjà très performant, qu’il s’agissait d’assembler pour conquérir le bouclier de Brennus et le titre européen. Ça, le président, il l’a fait. Du « made in France », avec des joueurs assimilés en équipe, sur la Rade, dans une logique complètement ignorante de la performance de l’équipe de France.

Et pour enfoncer le clou, cet effet d’annonce supplémentaire. Les joueurs vont bénéficier de dix semaines de développement. Entendez par-là pour aller plus vite, et plus fort. Dix semaines de préparation et de développement, avant les matches de Novembre. Comme avant la Coupe du Monde de 2015. Une préparation, une sacrée préparation. Une préparation sacralisée. En cuisine, au-delà de la préparation, sans doute parlerait-on d’ingrédients, d’ustensiles, de préparation, de cuisson, d’assaisonnement, de présentation, bref  des différentes étapes de l’élaboration : ici, non, on se prépare. Et vous allez voir ce que vous allez voir !

Jamais on ne parle de « jeu ». Jamais. De « je », tout le temps, en permanence, avec cet air de ne pas avoir l’air. Avec quelques sourires instillés dans un discours menaçant et déstabilisant. Avec cet air arrogant de celui qui sait, qui va vous montrer, qui ne cesse de vous le répéter. Et qui vous attend dans quelques semaines !

Le bonheur est en train de quitter le pré. Mais, ne vous inquiétez pas, le meilleur est à venir. Puisqu’on vous le dit !