Mai en Juin

Mai persiste en Juin. Les nuages occupent le ciel. Du bleu, du blanc, du gris; une toile grisée sur la montagne basque. Comme une bâche coupant le sommet. Une  chape molle, au-dessus de nos têtes, qui nous « plombe » davantage encore.

Serait-ce le signe du front buté qui a accaparé tant de nationaux ?

Un conspiration des cieux pour nous maintenir dans des conversations de comptoir, des vérités bricolées sur la moralité supposée de Machin, de Bidule, et Tartampion qui finalement ne vaut pas « chipette » ?

Celui enfin d’un voile sur notre avenir, jeté ce jour, par l’homme aux cheveux couleur sable ?

Même pas de place pour un rayon, qui ferait diversion, éclairant un versant, en des contrastes éclairants. Le terne domine. Malgré le chant des oiseaux, la végétation et ses couleurs, les gens qui viennent et qui vont. Un Juin changeant, susceptible dirais-je même…