Depuis la foire au jambon

IMG_20170413_111829Remise des prix :

Une estrade devant les Halles, en présence des membres de la Confrérie du Jambon, du maire de Bayonne, d’adjoints. La remise des prix, comme un compte à rebours, avec la distinction du cinquième lauréat, un Landais. Les deux rives de l’Adour!

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Le troisième prix nous offre un échange délicieux. Le citoyen de Larressore, vient récupérer son prix, et l’homme au micro fait monter l’ambiance :

-« Félicitations pour cette troisième place, un mot de votre part ?

-Oui…Il y a deux ans, j’étais premier, l’an passé deuxième, et cette année troisième… »

Un sourire général viendra clore cet échange. Une récompense un peu salée, comme le jambon. Ou bien, une sensation de fin, comme lorsque l’on s’approche de l’os du…jambon.

 

Diététique :

Le jambon et le cochon, dans leurs déclinaisons. Chiffonnade, sandwich, sec, pour l’un. Pâté, boudin, chorizo,  cornet d’un nouveau type et j’en passe, pour l’autre. Du savoureux sous toutes ses formes.

Et l’esthétique des  formes au sortir de l’hiver ?!… Heureusement pas rigoureux ici;  tant mieux.

En effet, la  température printanière appelle déjà les vêtements courts, les tenues de plage.  Les formes sous des tissus légers, prés du corps.  Des flancs qui pourraient nous trahir, alors !

Bientôt une foire au jambon, au cœur de l’hiver ? Cette saison chère à nos chairs. Couvertes de plusieurs couches de vêtements. Cette saison ou il convient de résister, et se protéger. Et la peau de se distendre, ou se tendre, et nos enveloppes replètes…à l’abri des regards!

Eh bien, non, car non seulement « tout est bon dans le cochon », mais de surcroît, le cochon ne connaît pas les saisons. Les copains comme cochons sont forts, en effet, d’une amitié qui défie le Temps !

 

Une douce intrusion :

IMG_20170413_112210

 

Depuis Hondarribia, du sucré. Une douceur autre, pour tempérer le jambon, et le salé. Une minorité douce en bouche et jolie, très jolie même.

De quoi réconforter Unai Emery, un soir de migraine au Camp Nou !

Ou d’enchaîner sur une balade magique et chantée :

« Gozo da bizitzia, xubero gainean, mendi hoien artian, trankilitatean

Hargaitik aitzotzen dit, mugaz bestaldian

Badirela xoko hunak

Itsas basterrian

Kantatzera nuazu

Huke pensamentian

ONDARABIA TA DONOSTIA ERE BAI BILBAO

EUSKAL HERRIAN EDER ZIDIE

HAN PARE GABEKO

ENE BIHOTZA HARTU DUZIE

OSORIK BETIKO

ZIEK EGIN BATZARRI EDERRA

EZ DIT AHATZEKO

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..