Salamanca; laissez passer les p’tis papiers…

A Salamanca, des papiers jonchent le sol des cafés; pas partout loin s’en faut. Ils forment au sol une ligne qui serpente, au bas du comptoir. Une bordure blanche mouchetée de jaune qui agrémente le carrelage. C’est bon. Oui, c’est bon. Un peu plus tard, un coup de balai emportera cette guirlande éphémère. Paisiblement. Dans la quiétude de l’après-midi. Même s’il porte mal son nom, ici!
Le samedi soir, à Bordeaux, les poubelles dégueulent. Les concepteurs du packaging-un art inutile et idiot- n’y sont pas pour rien. Les emballages de la nourriture rapide, de la boisson lente, des sodas surabondants se retrouvent là, abandonnés, pas toujours vidés de surcroît…Le service de nettoyage s’active, un fantassin avec des gants et un balai de sorcier, de grands coups sur la chaussée. Des jeunes filles qui passent, un peu indifférentes, en sautillant et en marchant dessus. Un véhicule qui récupère les sacs-poubelles, et le surplus, au sol. Des gestes brusques, un peu plus de brutalité vers la nuit et le froid. A moins que ce ne soit l’alliage des trois. Comment, alors, ne pas penser au sort des isolants de carton, qui accueilleront ces corps sans abri, tout à l’heure ?…