Biarritz 38 Albi 09… »on se sent forts »!

Dés le début, les Biarrots marquent. Plusieurs temps de jeu ponctués par une chandelle de LE BROUHIS, puis un mauvais renvoi au pied albigeois donnent naissance à une contre-attaque : un relais percutant de SOQUETA, et DELAI pour prendre un intervalle et le score! LUCU transforme, un métronome. Une première touche albigeoise et ses attaquants tentent de pénétrer dans l’axe. Sans réel succès. Le jeu se met en place avec son allure de vagues successives venant heurter la digue défensive. Albi réduit le score par son demi-de mêlée BISMAN; 07 à 03 à la douzième minute. En ce début de match, mes voisins sont revenus sur l’échec de Carcassonne. Mal vécu! A voix basse, il est question de fin de saison, « de montée dont on ne sera pas loin, mais si c’est pour faire comme Bayonne…faire une demie-finale pour l’ambiance, ce serait bien déjà ». Oui, sans doute. On devise sereinement à Aguilera. Encore davantage avec l’essai de CAIRE, après un bel enchaînement biarrot et un joli off-load de LE BOURHIS. Soit 14 à 03 au quart d’heure de jeu. Qu’importe si le côté droit de la mêlée biarotte a été soulevé par deux fois. Le droitier biarrot, ayant visiblement des difficultés à se lier à son vis-à-vis…Anecdotique, pour la rencontre de ce soir.
Albi réagit, se rapproche de la ligne de but biarotte. Mais les avants rouges et blancs récupèrent le ballon que LUCU dégage. »Quel coup de chausson », dit mon voisin. A la demie-heure Albi ajoute un pénalité. Le score est de 14 à 06. Quelques instants plus tôt, on eut droit à une magnifique passe aveugle de VAKA pour DELAI. Beau geste. La paire DELAI-VAKACEGU au centre, donne une assise à l’ensemble et…des frayeurs aux Albigeois. Une pénalité de LUCU, suite à une touche, et l’on s’achemine vers la mi-temps, sur le score de 17 à 06.
« On se sent tellement forts », poursuit mon voisin. Effectivement, les impacts n’effarouchent pas les pèlerins des gradins.
Durant la pause, la conversation nous amènera jusqu’aux Fidji, « dont le niveau de vie est beaucoup moins élevé qu’ici », ce qui permet de comprendre que « …. avec ce qu’il a gagné, peut vivre là-bas jusqu’à la fin de ses jours…Tranquille. » Des considérations sur la mondialisation et ses bienfaits, dans le monde du rugby. Un vrai bonheur que cette vision du monde pas tournée vers son nombril hexagonal, comme si souvent dans ce beau pays de France! Et tant mieux que ces êtres puissent s’en retourner chez eux, pleins d’usage et raison, munis de quelques subsides, vivre parmi les leurs, le reste de leur âge. Oui, tant mieux.
Si le début du deuxième acte, permet à Albi de se rapprocher au score, 17 à 09, suite à une nouvelle pénalité de BISMAN, le BOPB va enfoncer le clou à trois reprises, aux 57ème, 64 ème et 80 ème minutes. D’abord sur une touche et un ballon porté, ponctué par un essai de MANU. Très actif, comme à son habitude. 24 à 09 à ce moment. L’essai de DELAI- le second- ensuite viendra ponctuer une action de grande envergure. ARRATE -ayant pris la suite de LE BOURHIS à l’ouverture-et la décision de venir jouer côté tribune Kaempf… Un hommage de rugbyman. DELAI, intenable ce soir, viendra se mêler au jeu au prés des rucks, avec succès. 31 à 09.
Mes voisins « pinaillent » maintenant entre ces ballons qu’il faudrait garder, ces passes qu’il faudrait faire, des soupirs d’aise et de plaisir lors de chaque avancée des locaux, mais… »les autres sont faibles, ne sont pas au niveau ». Comme s’il fallait expliquer la qualité de la prestation des locaux, par la faiblesse des visiteurs. Ou l’art d’associer une critique à un compliment. Humain, profondément humain.
NABOU viendra clôturer la marque. Suite à un travail de sape des avants. 38 à 09 à l’arrivée. Biarritz se rapproche des phases finales. Cette croisade contre les Albigeois par cette soirée douce, indique la voie.
L’odeur de l’herbe en quittant Aguilera ce soir. Cette odeur de pelouse foulée. Incomparable. Inénarrable. Allez au stade!!!