Italie 18 France 40 en statistiques

« Cinquante-trois défenseurs battus, vingt-cinq offloads, huit cent soixante-dix mètres parcourus… », des extraits d’évaluation en mode 21ème siècle.

Je n’y comprends plus rien. Pourquoi les Français ont été jusqu’à battre 53 Italiens ? Je pensais que le rugby se jouait à quinze. Et puis, battre plusieurs fois les mêmes serait de l’acharnement. Je ne peux y croire.

-25 offloads, le pire indicateur qui soit pour un amateur de rugby. « Offload » est la traduction de « passe dans le plaquage »; action dans laquelle les Français s’illustraient au siècle jadis. Le « must » du rugby, si vous voulez. Cette attitude permet de faire vivre le ballon, de permettre un jeu de passes et de continuité, sans passer par les « tas », qui eux sont nommés « rucks », à juste titre!

Le ruck, justement, une création qui existe théoriquement et que l’on devrait pouvoir identifier : un ou plusieurs joueurs de chaque équipe sur leurs pieds, entourant le ballon au sol…Souvent dans les bras d’ un plaqué qui n’a pas forcément intérêt à le lâcher, et d’un plaqueur peu enclin à laisser ce ballon vivre. D’où un antagonisme fondamental, et des jugements à la Salomon . Ce que l’on appelle, ici, « l’appréciation de l’arbitre »!

-870 mètres parcourus, enfin. Un vrai gaspillage, le terrain ne comptant que 100 mètres de long. Décidément, cette obstination française ce samedi, à parcourir le terrain et plusieurs fois encore, au grand dam des Italiens!