Départementale 969, « en plein cœur »!

img_20170217_121742Ayant dépassé « la Mouline », la départementale 918 fait place à la départementale 969 à la sortie d’un long virage à droite. Une entrée « en mimosas » vers le Pas de Roland. Au cours de montées, et de descentes, d’enjambée de la Nive, et de montée vers les eaux de Laxia, avant de redescendre vers Atekagaitz*.

Une petite route, à flanc, avec quelque curiosité d’ici. Les « cannelés des champs » par exemple. Ils en ont la forme, mais de taille bien plus imposante. Environ un mètre cinquante de hauteur. Des cannelés de fourrage, de fougères rousses, coiffés de bâche plastique noire. Comme s’ils avaient un peu trop cuit…

Une petite route qui embaume. Accueillante avec cette haie protectrice de mimosas. Une invitation de couleurs et de douceur.Le printemps avant l’heure.

Mignonne, allons nous promener loin des chaînes de télévision qui rejettent de « l’information en continu », loin des mensonges et des impostures du politique, dont nous nous délectons, loin des petites phrases assassines, des soutiens indéfectibles qui défaillent et des soutiens » jusqu’auboutistes » qui attristent…Du pathétique. Du pathétique en toc. Des sentiments en plastique. Du faux orchestré par de vrais professionnels. Tout ce qu’exècre l’Amateur. Les Amateurs et les Amatrices. Tant celles et ceux qui aiment, que celles et ceux qui pratiquent pour leur plaisir.

La départementale 918, puis la départementale 969 pour oublier les radars fixes et mobiles. Oublier les flics et la politique, comme chantait Jeanne-Marie SENS*. » En plein cœur »*!

 

Atekagaitz* : Pas de Roland, en basque

Jeanne-Marie SENS : chanteuse, parolière, écrivain, éditrice française née en 1937. « En plein coeur », chanson contestataire en 1973. A écouter sans modération!