Variations autour d’un siège (3 ) : plus tard, je voudrais pas faire…

img_20170204_143048« Plus tard, je voudrais pas faire « gardien de musée », parce que ça me semble ennuyeux. Pour faire ce métier, il faut être courageux. J’aime la peinture. Plutôt « mat » que « brillant », d’ailleurs. Mais pas être enfermé dans un tel lieu.

Les gens qui viennent semblent heureux. Certains ont même l’air amoureux. Ils sont oppressants avec leurs mines pas grises. Moi, j’ai besoin d’espace. Et les Autres heureux, à longueur de journée, c’est dérangeant.

Ils sont impudiques, comme celle-là qui caresse les fesses de celui-ci, l’air faussement de rien! Et ceux qu’il faut rappeler à la décence, dans des recoins isolés!! Et tout ça me rend nerveux, et me renvoie à mon état. A la mélancolie, la nostalgie, la tristesse. Moi, j’évolue là-dedans. Moi, je ne suis pas fait pour être heureux. J’ai du mal avec le sourire, déjà. Beaucoup. Je m’en méfie. Qu’est-ce-que ça peut bien cacher un sourire?!…Une forme supérieure d’impudeur. Qui cependant montre les dents…

Un vrai malheur qui n’a même pas le courage de s’afficher. Une dépression larvée. Une lame de fond qui va ensevelir tout ce rose, et cette gaieté. La recouvrir sous des tas de cendres et de poussière noire. La nourrir avec du Xanax et d’autres vrais amis qui vous veulent du mal. Foncièrement. Des amis qui vous sortent du Malheur pour mieux vous y ramener. Pour des plongées, dans le fond silencieux, ou peuplé de cris d’effroi, de colère et d’horreur. Des cris que je suis le seul à entendre. Que pour moi. Pour tout ce mal-être à entretenir, voire à développer…Eh, eh, ça, c’est exaltant! »

 

 

 

2 réflexions sur “Variations autour d’un siège (3 ) : plus tard, je voudrais pas faire…

  1. hé bé c’est bien bon tout ça,on dirait du destouches moi qui le vénère;cette écriture du désespoir me parle et est tout à fait jubilatoire;j’embrasse haut et long l’auteur tourmenté

    J'aime

Les commentaires sont fermés.