Foire aux pottoks, Ezpeleta : plazako karrika

img_20170124_100341Depuis le fronton,  lieu central de la Foire, une rue grimpe vers le centre. Plazako karrika. Là, sont alignés des chevaux. Bien mis, propres sur eux. C’est le soin, l’esthétique. Plus de messieurs avec des bâtons ou des tabliers. Des jeunes femmes, attentives, la brosse à la main; il faut que ça brille! Ces chevaux participent à un concours. Ils sont alignés, face aux habitations. Subissant l’attente des candidats à ce type d’épreuves.  A tour de rôle, ils sont détachés, esquissent quelques pas. Marquent la pose. Les examinateurs sont des hommes, eux. Curieusement. De beaux chevaux, préparés par des femmes pour être évalués par des messieurs à l’air important, avec un stylo et un bloc-notes.

Une certaine idée de la répartition des  rôles…Une idée pesante. Vieille. Ce jour, à Espelette, ce n’est pas un « troisième tour » dans la rue. Pas de contestation. Pas même l’idée de la contestation. Des petits chevaux bien rangés, proprets avec « les habits du dimanche » pour briguer une récompense. Les messieurs célèbrent l’office, l’air faussement détachés. Chacun se tient à un rôle. Un conservatisme ridé, fripé. Malgré le brillant des robes. Un ancrage en Euskadi*, terre magique. Fondamental. Les pieds sur Terre, oui, mais la planète n’est pas figée. Sa trajectoire elliptique modifie les positions de chacun. Un mouvement pourrait figurer, des hommes alignés, attendant de défiler. Des femmes-jury, le stylo et le calepin,l’air sérieux. Et…Pottoka*, la brosse à la main. Pour le soin aux humains!

 

Euskadi* : désigne le pays basque…en basque. Personnage du roman d' »A l’Est d’Eden » de John Steinbeck  se nommant Julius Euskadi…

Pottoka* : nom de la célèbre mascotte de l’Aviron Bayonnais Rugby. Le meilleur dans son rôle. Mérite indiscutablement de jouer la finale du Top 14!