SAMauléon 33 Stade Hendayais 16

img_20170122_164156Evolution du score : 03-00/ 06-00/13-00/20-00/20-03/20-06/20-13 score à la mi-temps.27-13/27-16/30-16/33-16.

C’était la onzième journée de la Fédérale 2, poule 6, en Rugby. Deux équipes basques. Le premier qui rendait visite au second. La côte s’avançant à l’intérieur des terres…

Après dix premières minutes de franche domination  hendayaise, les souletins, franchissant la ligne médiane, scoraient. Deux touches avec un ballon porté en fond d’alignement, bien travaillées,  le sauteur maintenu en l’air, le temps que la famille se rassemble…Et une deuxième pénalité de SUHIT dans l’escarcelle. 06 à 00 à la treizième minute de jeu. Les xuriak*, en noir cette fois, faisaient passer un frisson; suite à une touche à cinq joueurs dans les  22 mètres mauléonnais, un ballon porté qui avançait, des passes, et un service au pied dans l’en-but, sauvé in-extremis.

Alors le Lion souletin rugissait, par deux fois : à la vingt-cinquième minute, à l’issue d’une touche, depuis ses 30 mètres, un regroupement, une percée d’ORABE, le ballon de mains en main, avec une remise à l’intérieur pour BERROGAIN, qui franchissait, et l’action se redéployait sur l’aile opposée avec un essai d’ASCERY. Magnifique. Transformation de SUHIT. Mauléon 13, à la vingt-cinquième.

Huit minutes plus tard, un moment de grâce. Une pénalité bottée en touche, pour un choix de touche à quatre joueurs, sur l’aile côté CHERAUTE. Les rouges nous gratifiaient d’un « ballet-malin »; comme les trois derniers joueurs de l’alignement reculaient jusque vers les 15 mètres, le lanceur choisissait le premier joueur, qui volleyait le ballon pour COUPEAU, le poisson-pilote du pack souletin! Essai; l’imagination et l’abnégation réunies! Mauléon 20, à la trente-troisième minute.

Par deux fois,les hendayais, obtenaient deux pénalités proches, que BAINCONNEAU convertissait. Hendaye 06

Puis, juste avant « les citrons », remplacés avantageusement par des »oranges », ou des barres de céréales…le Stade Hendayais s’essayait au lancer en fond de touche, avec un pivot et un jeu de passes et d’engagement qui lui permettait de marquer, à son tour. Mauléon 20 Hendaye 13 à la mi-temps.

Mauléon avait mené 20 à 00, puis venait d’encaisser un 13 à 00. Quelle serait la suite des événements? Un retour progressif des Hendayais, au jeu complet, rôdé mais qui avaient subi les assauts souletins, le plus souvent, ou une réaction immédiate des locaux?

La réponse était donnée, quatre minutes plus tard par un essai d’ORABE. Une grossse séquence de jeu, avec des « turn-over », mais les rouges coureurs, passeurs, forts dans l’axe et sur la largeur, reprenaient le destin du match. Le ballon aussi et d’abord. Ce fut le troisième essai mauléonnais. Mauléon 27

Hendaye restait dans le match, et suite à un envoi judicieusement botté court et capté, une faute au sol, donnait l’occasion d’une pénalité. Hendaye 16 à la quarante-septième minute. Mauléon allait continuer, par le pied, à exercer la loi du plus fort. Ainsi à la cinquante-huitième, puis à la soixante-troisième minute. Le score enflait : 33 à 16 pour les représentants de la Soule. Le match continuait avec du rythme, de l’engagement beaucoup, et de belles intentions des deux équipes, pour un mois de janvier! Le Stade Hendayais demeure premier, et le SAMauléon conforte sa seconde place.

Félicitations à tous. De l’émotion, et de l’attente de tout un peuple, à Rodrigo*. Toujours palpable. De quoi alimenter les conversations et inciter aux chants, depuis le Drop-Goal, jusqu’à la Haute-Ville! Agur Xiberua!

xuriak* : blanc, couleur habituelle du Stade Hendayais, qui joue en noir, à l’extérieur, me semble-t-il…

Marius Rodrigo* : né en 1908, international à deux reprises. Joueur de rugby à Mauléon