Dax 30 Bourgoin 22 ou la logique d’un succès chaotique

Un match de Pro D2. Du vendredi. Une équipe de Dax qui veut se maintenir, et une équipe de Bourgoin qui va retourner en Fédérale 1. Dax doit gagner, et se trouve ce soir en position de « favori ». Un statut de favori qui parfois habille mal un outsider! Et le match va se dérouler sur un rythme chaotique. Dax souvent en réaction, confus dans ses actions, voulant trop en faire ou trop bien faire. Bourgoin, comme il se doit, présent dans le combat, opiniâtre, avec un bon buteur. Dax joueur, qui se fait des passes, plutôt que de sortir de son camp par du jeu au pied…Et ses supporters qui réclament des grands coups de pied dans le ballon, « parce qu’on veut jouer comme les grands, mais on sait pas faire…et eux t’as vu? Ils s’emmerdent pas! ».

Dax ouvre le score par CACHET, dés la troisième minute sur pénalité. A 40 mètres face aux poteaux. Le même redouble à la neuvième minute. Dax 06 Bourgoin 00

Dés 40 mètres, BOUILLOT pour Bourgoin réduit le score. Sur pénalité, lui aussi. Dax 06 Bourgoin 00. Sur le coup d’envoi, Dax à l’issue de quatre passes, sur ses quarante mètres avance et perd le ballon sur l’aile, devant les tribunes. Le CSBJ récupère, les dacquois sont sanctionnés d’un hors-jeu. BOUILLOT égalise, des 25 mètres, à la seizième minute. Les Berjalliens se montrent agressifs, proposent des temps de jeu construits. Et aprés une séquence de « gagne-terrain » entre la vingt-deuxième et la 25 ème minute, ADAMOU le deuxième ligne va récolter un carton jaune. Punition rapide. Dax fait le choix pertinent de taper en touche. Un ballon porté bien construit propulse FA’ANUNU dans l’en-but. CACHET transforme et Dax mène 13 à 06 à la vingt-septième minute.

Mais sanctionnés en mêlée, sur les 40 mètres  berjalliens, ils vont voir l’écart se réduire à la faveur d’une nouvelle pénalité de BOUILLOT. Une touche et un ballon porté plus loin. Dax 13 Bourgoin 09. La première mi-temps sera conclue par CACHET, toujours, sur une nouvelle pénalité à la trente septième minute. Des 45 mètres en face, il convertit la sanction pour chamaillerie. Dax mène donc 16 à 09.

L’USD entame la deuxième mi-temps de façon énergique. Une touche suivie d’un ballon porté vient échouer à 5 mètres de l’en-but berjallien. Un en-avant donne une mêlée introduction Bourgoin, sur laquelle les Dacquois au prix d’un effort collectif permettent à PIC, de scorer. Essai non transformé. Dax 21  Bourgoin 09

Si l’on peut alors penser que Dax va creuser l’écart, il n’en sera rien. CHIAPPESONI est en effet sanctionné d’un carton jaune. Pour un plaquage sans les bras…Nouvelle mode du rugby professionnel, qui si elle disparaissait cet hiver, avec d’autres microbes, nous débarrasserait bien! Bourgoin s’essaie au moteur deux-temps : botté en touche puis ballon porté. Ça marche aussi pour eux! Et à la cinquantième minute le score indique Dax 21 Bourgoin 16.

Dax vexé, attaque, NAQALEVU comme une bombe file le long de la ligne de touche, repique dans l’axe envoie  valdinguer un opposant, mais perd le ballon en allant au sol! Heureusement la mêlée rouge met l’adversaire à la faute, encore. CACHET sur pénalité rajoute trois points. Dax 24  Bourgoin 16 à la cinquante septième minute. Le CSBJ ne se rend pas. Et par deux fois, BOUILLOT score. Encore à l’issue d’une sortie de camp mal assurée par les Dacquois, à la soixantième minute. Il reste quinze minutes jouer. Le score est serré.24 à 22 pour les locaux. Le trio arbitral ne règne pas sur le match, tant mieux. Mais il ne dirige pas vraiment les débats, tant pis. Tout de noir vêtus, les deux hommes grands qui accompagnent la dame petite, au centre, ne constituent pas un trio rassurant.

Dax sera proche de l’essai, en particulier à la soixante treizième minute, après une touche et une percée de LESPARRE. Mais CACHET rajoutera deux pénalités, alors que Bourgoin plafonne dans cette fin de match. Amoindri encore par un carton jaune signifié pour plaquage haut à VERATAU.

La fin sera indiquée par madame l’arbitre, pas nettement. Alors qu’on pensait à une faute, et une suite à venir. Madame sifflait laborieusement le trille final, plantant là ces garçons un peu agacés, mais polis jusqu’au bout. Ce soir la main et le sifflet étaient l’apanage des dames. Il y a des soirs, comme ça…Sourire.

PS/

Une jolie jeune  supportrice Berjalienne parée de l’écharpe ciel et grenat, quittait le stade, dignement. Elle voulait encore encourager ce grand club, pour une fin de séjour en Pro D2. Bonne fin de saison à vous.  » Les grands équipes ne meurent jamais »,  comme l’a dit Wilson WINNERAY